Labels alimentaires & allégations santé : poudre aux yeux ou véritable service pour le consommateur ?

Les scandales alimentaires ont accéléré la mise en place de logos sécurisants - bio, sans OGM ... - censés ramener la confiance chez le consommateur. Mais qu'en est il de la réelle qualité nutritionnelle de l'alimentation de demain?

Nés des scandales alimentaires (peste aviaire, vache folle, etc.…) et de l’expérimentation - cf. le débat OGM, sans objet d’ailleurs puisque les OGM sont déjà partout – les Supers Labels sécurisants ont envahi nos étalages. Aux oubliettes les "Label Rouge" et autres AOC, vive AB [1], Demeter [2], Max Havelaar Fair Trade[3]!
Seuls les supers labels garantissent sécurité alimentaire et confort moral aux consommateurs dupés car ils reposent sur une traçabilité techniquement garantie et un aval socio-économique consensuel.
A peine diffusés en masse, ces logos sécuritaires ne suffisent plus. Selon les pays ils stagnent de 2-3% (la France) à 10% (la Suède) de parts de marché. La qualité nutritionnelle devient alors l'enjeu majeur. Et l’on reparle de la diète méditerranéenne (repas riches en fibres, en vitamines et minéraux n’utilisant que des corps gras riches en acide gras mono insaturés), du régime crétois, donc du terroir et de l’authenticité chers aux annonceurs des années 90’s.
Mais le consommateur désabusé demande encore davantage, on lui imagine alors l’Allégation Santé, un must, l’arme ultime, qui garantit, on le lui promet, le mieux vivre auquel il aspire.
C’est l’avènement du bifidus actif (faut il se méfier de l’inactif ?) lequel favorise le transit intestinal. Alors que les Oméga 3 sont devenus les incontournables de l'assiette ; que l’anti cholestérol accède au niveau de star de la table des gros, on parle d’améliorer le lait et on enrichit gaillardement les céréales des petits déjeuners!
Paradoxe! Les qualités nutritionnelles naturelles des matières premières ont disparu des produits finis, tuées par des process industriels toujours plus sécuritaires et dévastateurs. Elles sont maintenant en « option », réintroduites par le scientifique sous forme synthétique. Le consommateur se trouve donc dans l’obligation de payer pour ce dont on l’a peu a peu privé au nom de la sécurité alimentaire, et des réglementations toujours plus contraignantes qui vont de pair.
En réaction à cette situation, le mouvement international Slow Food crée l'éco-gastronomie : différence des saveurs, production alimentaire artisanale, petite agriculture, techniques de pêche et d’élevage durables, éducation du goût et défense de la biodiversité à l’aide de l’« Arche du Goût ». Les PME françaises qui défendent leur terroir illustrent cette démarche au quotidien.
Tout le pari pour demain est de rendre accessible au plus grand nombre cette qualité primaire retrouvée; et cela sans concession à la santé, ni au plaisir.

[1] Aliment Biologique

[2] label biodynamique d’après la démarche scientifique d’inspiration sociale, anthroposophique, de Rudolf Steiner, 1861–1925

[3] association de solidarité internationale dont l'objectif est la promotion du commerce équitable

Autour du même sujet