Pay how you drive : les assureurs accélèrent en France

Allianz et AXA ont été les premiers à se lancer dans la tarification comportementale et leurs offres sont un succès.

La prime d'assurance auto sera-t-elle bientôt systématiquement calculée en fonction des qualités du conducteur ? L'hypothèse est probable. L'explosion du marché des objets connectés, qui devrait peser plus de 1 700 milliards de dollars dans le monde d'ici 2020 selon l'IDC, ouvre la voie à un nouveau type d'assurance tarifée selon le comportement mesuré grâce à un objet intelligent.

30% des assureurs français ont déjà ou sont en train de lancer une offre d'assurance auto connectée

Le marché semble déjà prêt à accueillir les offres : une étude mondiale Forrester Research menée en 2015 révèle que 70% des consommateurs seraient prêt à s'équiper d'un objet connecté pour diminuer leur prime d'assurance. Et les acteurs français ne s'y trompent pas. Selon une étude menée fin 2015 par Accenture auprès de ses clients assureurs français, 31% ont déjà ou sont en train de lancer une offre d'assurance auto connectée et 24% sont en phase de test ou de pilote.

Les deux premiers à s'être jetés à l'eau sont AXA et Allianz. Lancée en pilote en mars 2015 avec 500 clients, l'offre Youdrive de Direct Assurance, filiale d'AXA, a été généralisée en novembre dernier. Le contrat d'assurance ne vise que les jeunes conducteurs (moins de sept ans de permis ou première assurance auto) et permet d'impacter la prime d'assurance de manière mensuelle, de -50% de réduction à une pénalité de 10% maximum en cas de mauvaise note de conduite. Le boîtier branché au port diagnostic mesure l'accélération, le freinage, la prise de virage et la vitesse du conducteur et à chaque trajet l'utilisateur peut voir sur l'application quels gestes exacts lui ont coûtés des points.

De son côté, Allianz propose à tous ses clients une option à 1 euro par mois. Selon le style de conduite et l'usage de la voiture, mesurés là aussi par un objet connecté, ils peuvent réduire leur prime jusqu'à 30% à la fin de l'année, sans risquer aucune sanction.

Allianz revendique 9 000 souscripteurs à son option de pay how you behave

Youdrive ne révèle pas le nombre de clients mais "depuis la généralisation de l'offre en novembre, on a largement dépassé les 500 clients du test", assure Anne-Gaëlle Moisy, responsable Youdrive chez Direct Assurance. L'application Youdrivelite, lancée en juillet 2014, qui permet de tester son score de conduite et de se faire une idée de la réduction potentielle de sa prime avec un contrat Youdrive, a de son côté enregistré plus de 200 000 téléchargements.

Allianz revendique 9 000 souscripteurs à son option de pay how you behave. "Cela a doublé depuis le lancement en octobre", note Delphine Asseraf, directrice digital d'Allianz France...

Groupama a tenté lui aussi une incursion dans le secteur avec son offre Amaguiz Road Coach, mais sans aller aussi loin puisque le comportement vertueux du conducteur n'impacte pas la prime d'assurance. L'utilisateur bénéficie de points qui viennent grossir une cagnotte pouvant être transformée en cartes-cadeaux chez 100 enseignes partenaires. Le service, gratuit, est proposé lors de la souscription de l'assurance auto classique.

Les autres assureurs devraient rapidement suivre les pas des pionniers. Philippe Moulin, PDG de Geco, fournisseur d'applications de suivi de conduite, assure travailler sur un projet "avec un gros assureur" pour lancer une offre prochainement. Des start-up se positionnent aussi sur le créneau : l'assurance collaborative Wecover vient de lancer une application en partenariat avec Geco.

Limiter les sinistres

L'objectif affiché des assureurs est bien sûr de prévenir les risques et limiter les sinistres pour faire des économies. "C'est un peu tôt pour mesurer l'impact sur les sinistres ou sur le business mais nous avons incontestablement constaté une amélioration des notes de conduite et des comportements des utilisateurs de l'application", note Patrick Leveillard, directeur technique des particuliers d'Allianz France. "En termes de fréquence de sinistres, on observe de premières influences mais la population est encore trop petite pour que ce soit vraiment significatif puisque la fréquence des sinistres auto est de toute façon assez faible." Même constat du côté de YouDrive. "Aujourd'hui, les premiers signaux sont positifs sur la diminution des risques et les notes de conduite progressent au fur et à mesure", note Anne-Gaëlle Moisy, responsable de Youdrive.

Bien sûr, le service est aussi un argument de vente pour les assureurs auprès de leurs clients. "Le bonus est un levier majeur d'acquisition et de fidélisation clients", analyse Patrick Leveillard, d'Allianz.

Augmenter la fréquence de contact avec les assurés

Mais le lancement d'un service supplémentaire et la diminution des sinistres sont en fait loin d'être les seuls objectifs des assureurs qui se lancent dans la tarification comportementale. L'un des grands enjeux de ces applications réside dans l'amélioration de la communication avec le client.

"Cela va révolutionner le core business des assureurs, qui pourront ajouter des services "

"Jusque-là, l'assureur n'était en interaction avec l'assuré que lors de la souscription et du sinistre, analyse Frédéric Bannier, senior manager Accenture Consulting. Le pay how you behave permet de créer une relation de confiance, de fidéliser, d'apporter un maximum de valeur ajoutée au client même quand il n'y a pas de sinistre." Un constat partagé par Patrick Leveillard : "Allianz veut parler différemment à ses assurés et augmenter la fréquence de contact en leur donnant des conseils de conduite, des bilans…" L'application enregistre en moyenne 13 sessions par mois et par utilisateur, une réussite.

A terme, Frédéric Bannier imagine même renforcer l'usage en agrégeant une multitude de services sur l'application de suivi de conduite. Certains assureurs proposent déjà, à l'image d'Allianz, des fonctionnalités pour contacter et transmettre les informations facilement en cas de sinistre ou pour appeler directement les secours en cas de choc violent grâce à la géolocalisation. Mais les services pourront être multipliés : pour trouver une place de parking, payer l'horodateur… "Cela va révolutionner le core business des assureurs, qui pourront ajouter des services pour renforcer la relation client", décrypte Frédéric Bannier.

Favoriser la multivente

Ce type d'applications peut par ailleurs favoriser la multivente, soit sur des services non assurantiels sur lesquels les acteurs prélèveront une commission (comme le paiement de l'horodateur ou la maintenance du véhicule), ou bien sur d'autres produits assurantiels. "Une fois la relation créée, l'assureur pourra proposer plus facilement des assurances habitation ou santé connectée, note Frédéric Bannier, d'Accenture. Les frontières vont devenir de moins en moins étanches entre ces univers."

En attendant que ne naissent des assurances 100% indexées sur le comportement du conducteur, les offres de réductions de prime vont se multiplier. D'autant que les véhicules vont embarquer de plus en plus de connectivité dans les années à venir et que l'installation de boîtiers de suivi de conduite ne sera alors plus nécessaires. "En 2020, 90% des véhicules seront connectés naturellement", note Frédéric Bannier. Conséquence : les assureurs devront probablement accepter que de nouveaux acteurs intègrent la chaîne de valeur, parmi lesquels les constructeurs. "Demain, les assureurs seront bien plus dans un système de partenariat avec leur écosystème que dans leur schéma actuel, plus cloisonné", prévient Frédéric Bannier. 

Les offres auto de "pay how you behave" d'AXA et Allianz
 

AXA (YouDrive)

Allianz

Date de lancement

Pilote en mars 2015, généralisation en novembre 2015

Octobre 2015

Modalités de l'offre

Contrat d'assurance destiné aux jeunes conducteurs (moins de 7 ans de permis ou première assurance auto)

Option à 1 euro par mois en complément d'un contrat auto

Nombre d'utilisateurs

500 clients en pilote, NC depuis le lancement officiel

9000

Réduction potentielle

Jusqu'à -50% de réduction, et 10% de pénalités en cas de mauvaise note. La réduction est calculée de manière mensuelle.

Jusqu'à -30% de réduction, pas de sanction en cas de mauvaise note. La réduction de prime est calculée à la fin de l'année.

Réduction moyenne depuis le lancement

90% des clients ont une réduction, en moyenne supérieure à 20%. Moins de 2% ont eu une pénalité une fois.

En moyenne, -15% de réduction

Utilisation de l'application

NC

13 sessions par utilisateur par mois en moyenne

Et aussi

 

ALLIANZ / AXA