Bitcoin : comment les stars du secteur s'adaptent pour survivre

Malgré les espoirs de ses adeptes, la crypto-monnaie reste confidentielle. Les entreprises qui ont capitalisé sur sa démocratisation pivotent les unes après les autres.

Sept ans après la création du bitcoin, la démocratisation de la monnaie virtuelle se fait attendre. Les start-up qui se sont positionnées sur le créneau en misant sur son développement et en levant des millions d'euros sont donc contraintes de repenser leur business model.

Coinbase : du wallet à la plateforme d'échanges

Coinbase est le wallet (service qui permet de recevoir, de conserver et dépenser ses bitcoins) le plus utilisé au monde. Mais la démocratisation du bitcoin en tant que monnaie d'échange se faisant attendre, la start-up est loin d'être rentable. La société américaine a donc décidé d'évoluer. "Coinbase devient un broker qui permet d'acheter et de vendre du bitcoin plutôt que seulement de les conserver et de les utiliser", explique Eric Larchevêque, CEO de Ledger et fondateur de la Maison du bitcoin. Coinbase se diversifie également au-delà du bitcoin : depuis mai, elle propose par exemple aussi la monnaie virtuelle Ether.

Coinbase prélève une faible commission sur chaque ordre passé et a donc besoin de gros volumes pour devenir rentable. La société a déjà levé près de 107 millions de dollars depuis sa création. "La start-up présente un burn rate très élevé car elle a besoin de licences dans les pays sur lesquels elle intervient, explique Eric Larchevêque. Ses frais de conformité sont énormes et il se pourrait qu'elle doive de nouveau lever des fonds."

  • Date de création : 2012
  • Fonds levés : 107 millions de dollars
  • Investisseurs : Andreessen Horowitz, Blockchain Capital, Union Square Ventures…

 

Xapo : une carte pour payer ses achats

Le wallet Xapo a un positionnement différent de la plupart de ses concurrents. Non seulement il permet de stocker ses bitcoins mais en plus le portefeuille propose une carte de paiement pour les utiliser facilement. L'utilisateur peut payer ses achats de tous les jours avec la carte mais est débité en bitcoins. Le commerçant, lui, reçoit bien des euros, et c'est Xapo qui se charge de faire l'échange. "Cela permet notamment de payer à l'étranger avec une commission très faible de 1% environ", note Quentin de Beauchesne, fondateur de cryptoFR. Mais la société n'a encore dévoilé aucun chiffre sur l'utilisation de sa carte.

Xapo propose aussi une solution pour garder des bitcoins de manière sécurisée dans des coffres forts en Suisse. "La société gère la gestion et la sécurité de la monnaie virtuelle sur de gros montants, pour des family offices par exemple", explique Eric Larchevêque. Une manière de diversifier encore un peu plus son business model.

  • Date de création : 2012
  • Fonds levés : 40 millions de dollars
  • Investisseurs : Blockchain Capital, David Marcus, Greylock Partners, Index Ventures, Max Levchin…

 

21 : une API pour créer des ordinateurs bitcoin

21 est un ovni sur le créneau du bitcoin. La société a commencé par proposer une puce qui, intégrée à un ordinateur, le transformait en "bitcoin computer" permettant de miner du bitcoin. Mais elle a depuis pivoté du hardware vers le software et propose une API permettant à n'importe qui de créer son "21 computer" pour faire du paiement machine à machine.

"Cela pourra servir, par exemple, à faire du micro-paiement sur de la consultation d'informations en ligne, explique Eric Larchevêque. On pourrait payer de manière native quelques centimes pour lire un article de presse, car le paiement serait intégré directement dans le protocole. Au lieu de se créer un compte, de renseigner ses informations bancaires, le lecteur paierait directement dans le navigateur grâce à la crypto-monnaie, sans friction." Une innovation qui pourrait aussi intéresser les e-commerçants, toujours en quête d'une meilleure expérience de paiement.

L'API existe déjà et 21 est en train de travailler sur des cas d'usage mais la société est encore très peu mature. 21 est en tout cas considérée comme l'une des entreprises les plus prometteuses du secteur, grâce à sa connaissance pointue du protocole de la blockchain et des champs applicatifs qu'elle pourrait recouvrir à terme.

  • Date de création : 2013
  • Fonds levés : 121 millions de dollars
  • Investisseurs : Andreessen Horowitz, Khosla Ventures, Peter Thiel, Qualcomm Ventures…

 

Bitpay permet de payer en bitcoins

Bitpay est spécialisé dans le paiement : la société permet aux commerçants d'accepter les paiements en bitcoins puis d'échanger la monnaie virtuelle contre des euros. "Cela ne marche pas très bien car le bitcoin n'est pas assez utilisé en tant que moyen de paiement, il est avant tout un placement pour ses détenteurs", explique Quentin de Beauchesne. Comme le succès de Bitpay repose sur la démocratisation du bitcoin, la start-up a énormément investi en marketing pour promouvoir la monnaie virtuelle. "Leur modèle est compliqué et ils ont rencontré beaucoup de problèmes. Ils ont réduit leurs équipes et survivent tant bien que mal", raconte Eric Larchevêque.

BitPay cherche désormais à se diversifier. La société a annoncé le lancement d'une carte de débit bitcoin, disponible dans 50 Etats aux Etats-Unis, qui permet d'enregistrer ses bitcoins puis de faire des paiements avec une carte Visa ou de procéder à des retraits, à la manière de Xapo. Un moyen de ne pas se limiter aux commerçants du réseau d'acceptation bitcoin, encore restreint.

  • Date de création : 2011
  • Fonds levés : 33 millions de dollars
  • Investisseurs : Ahston Kutcher, Founders Fund, Indes Ventures, Felicis Ventures…

 

Circle se diversifie avec les monnaies fiduciaires et à l'international

Le wallet Circle, comme Coinbase, donne aussi la possibilité d'acheter et de vendre des bitcoins. "Mais la start-up est encore plus réactive et prête à pivoter que Coinbase", assure Eric Larchevêque. La société de paiement peer-to-peer n'utilise pas que le bitcoin, mais aussi les monnaies fiduciaires, pour ne pas être trop dépendante de la monnaie virtuelle. Et elle vient de lever 60 millions de dollars notamment auprès du géant Baidu pour se déployer en Chine avec des solutions basées sur les crypto-monnaies et concurrencer des solutions de paiement comme Alipay.

  • Date de création : 2013
  • Fonds levés : 135 millions de dollars
  • Investisseurs : Accel, Baidu, Goldman Sachs…

 

Blockstream mise sur les qualités de la blockchain bitcoin

Blockstream, fondé en 2014, développe des technologies autour de la blockchain bitcoin, pour l'améliorer, ajouter de la scalabilité, créer des "side chains" (nouvelles blockchains apposées au bitcoin). "La start-up a pour particularité de compter dans son équipe la plupart des développeurs du bitcoin, raconte Eric Larchevêque. Ils créent des briques de technologie en open-source et ont commencé des premiers déploiements avec des entreprises sur des applications autres que de l'échange de monnaie."

Blockstream est d'autant plus intéressant que le bitcoin est arrivé à un moment crucial de son histoire. Tous les deux ans, la rémunération issue du processus de minage est divisée par deux. En juillet, le prochain "halving" aura lieu et signifiera que l'on produira deux fois moins de bitcoins par bloc. "Le bitcoin deviendra plus rare", explique Quentin de Beauchesne. Le travail sur les side chains en deviendra d'autant plus primordial. "Les side chains pourront faire des transactions "off-chain" plus rapides que le bitcoin, où la vérification est très lente, et ainsi permettre d'utiliser le bitcoin pour faire des micro-paiements."

  • Date de création : 2014
  • Fonds levés : 76 millions de dollars
  • Investisseurs : Blockchain Capital, AXA Strategic Ventures, Khosla Ventures, AngelList…

 

Blockchain.info, le wallet en perte de vitesse

Pourtant premier arrivé sur le marché des wallets, et avec un nom générique qui lui donne un avantage concurrentiel, blockchain.info est en difficulté. "Ils sont en perte de vitesse, analyse Eric Larchevêque. Leur positionnement est d'attendre la démocratisation du bitcoin pour que leur business model fonctionne mais ils n'évoluent pas et ont connu des problèmes de sécurité."

La plupart des wallets et sociétés positionnées sur le bitcoin ont bien compris que la monnaie virtuelle ne parviendra jamais à une démocratisation telle qu'elle remplacerait le système financier actuel et les monnaies traditionnelles. "Le bitcoin est une alternative au système financier qui va être de plus en plus utilisé sans que les gens ne le sachent grâce à des couches créées au-dessus de la blockchain bitcoin, par exemple pour les transferts internationaux", ajoute Eric Larchevêque. Sans adapter son business model à cette réalité, Blockchain.info aura bien du mal à atteindre un jour la rentabilité.

  • Date de création : 2011
  • Fonds levés : 30 millions de dollars
  • Investisseurs : Lightspeed Venture Partners, Mosaic Ventures, Richard Branson…

 

Et aussi :

 

Monnaie virtuelle / Bitcoins