10 choses à savoir avant de mettre votre logement en location sur Airbnb

(Re)découvrez les principales règles qui encadrent la location saisonnière et les petites astuces pour gonfler les revenus générés.

Louer son logement sur Airbnb peut rapporter gros. A Paris, la location Airbnb génère en moyenne 2,6 fois plus de revenus que la location classique pour les biens de petite surface, selon une étude du JDN et MeilleursAgents publiée au printemps dernier. Aussi considérable soit-il, cet appât du gain ne doit pas aveugler les futurs hôtes. Car la location saisonnière de tout ou partie d'un logement sur les plateformes collaboratives, grande famille dont fait partie Airbnb, est de plus en plus encadrée.

Depuis juillet 2016, par exemple, les sites ont l'obligation d'envoyer à leurs utilisateurs un récapitulatif annuel des revenus générés par leur intermédiaire. Car les recettes tirées de la location de sa résidence principale ou secondaire n'échappent pas à l'impôt sur le revenu. Autre contrainte : s'il s'agit de sa résidence secondaire, l'hôte doit souscrire une déclaration de meublé de tourisme en mairie. Or, dans certaines villes, comme à Paris, une autorisation préalable de l'édite est nécessaire avant d'être en mesure de modifier l'usage de son logement en meublé de tourisme. Et dans la capitale, cet accord est assorti d'une compensation financière à acquitter par le demandeur…

Il est également des astuces à connaître pour maximiser les recettes générées par la location saisonnière de son bien. Par exemple, équiper ce dernier d'un sèche-cheveux permet de gagner 10 dollars de plus par nuitée, d'après Airbnb.

Voici une liste non exhaustive de choses à savoir avant d'offrir son logement à la location sur une plateforme collaborative, et notamment sur Airbnb. Pour plus d'informations sur l'une d'entre elles, cliquez sur l'intitulé.

 

Et aussi

 

AirBnB