Proprioo, l'agence immobilière sans commission lève 1 million d'euros

Proprioo, l'agence immobilière sans commission lève 1 million d'euros La start-up s'occupe pour le compte des propriétaires de l'ensemble des démarches liées à la vente de leur bien moyennant un forfait fixe.

Moins d'un an après sa création en décembre 2016, Proprioo lève 1 million d'euros auprès des fonds Kima Ventures (Xavier Niel), GFC (frères Samwer) et Picus Capital (Alexander Samwer). "Ce tour de table sera complété par un peu de BPI, à confirmer, fin 2017 ou début 2018 à hauteur de 300 à 400 000 euros", avance Simon Primack, cofondateur de la start-up immobilière. Cette dernière se positionne en alternative aux agences classiques et aux sites Internet entre particuliers. Proprioo prend en charge l'ensemble des démarches qui incombent au vendeur dans le cadre d'une transaction immobilière : de l'estimation du bien, gratuite dans tous les cas, à la signature de l'acte de vente chez le notaire, en passant par la création et la diffusion de l'annonce sur 20 sites immobiliers (SeLoger, Leboncoin, Explorimmo…). Le tout pour un forfait fixe de 990 euros, là où les acteurs traditionnels se rémunèrent via une commission assise sur le prix de vente. "Cela représente 15 à 20 000 euros d'économie à Paris", chiffre Simon Primack. Pour ce prix, Proprioo reçoit les appels, qualifie les acheteurs potentiels et organise les visites en fonction des disponibilités du vendeur mais laisse à ces derniers le soin de les mener. Cette option fait l'objet d'un supplément de 500 euros.

"On a développé notre propre technologie de matching, qui permet de cibler les potentiels acheteurs en recherche active ou passive"

"Les fonds que nous avons levés serviront à structurer nos process, à recruter et à nous étendre à partir de 2018 sur d'autres zones", détaille le dirigeant. Proprioo, qui, à ce jour compte sept personnes dans ses rangs et opère exclusivement en Ile-de-France, entend bien les faire passer à 15, voire 20 d'ici la fin de l'année, avant de se lancer à l'assaut des cinq à dix plus grandes villes de France. Les profils recherchés ? "Des tech, des ingénieurs au marketing et aux opérations. Nous avons digitalisé l'ensemble de la chaîne de valeur d'une transaction immobilière. On a développé notre propre technologie de matching, qui permet de cibler en amont les potentiels acheteurs, qu'ils soient en recherche active ou passive. Les voisins locataires d'un bien que nous venons de rentrer, les gens qui travaillent à côté… Nous faisons du machine learning. On alimente notre algorithme en permanence."

La start-up immobilière a déjà vendu une quinzaine d'appartements et entre deux mandats par jour. "L'objectif qu'on demande à un agent immobilier, c'est deux par mois", rappelle à dessein Simon Primack, qui compte doubler le nombre de biens sous mandat, 70, d'ici début octobre. "Nous visons les 300 à 400 biens d'ici fin 2017 et un rythme de 150 nouveaux biens par mois à partir de janvier 2018."

Autour du même sujet