Acheteurs, ne vous attardez pas sur les biens trop décotés

si le prix d'un bien est très inférieur à celui du marché, c'est peut-être que
Si le prix d'un bien est très inférieur à celui du marché, c'est peut-être que certaines installations ne sont pas aux normes. © CCat82 - Fotolia.com

Quand les prix baissent, il est souvent plus difficile de reconnaître ce qu'on appelle dans le jargon les "nanars", ces biens de piètre qualité dont personne ne veut. Pour être sûr de ne pas s'endetter sur plusieurs décennies pour l'un deux, mieux vaut donc se poser les bonnes questions. "L'acheteur doit savoir si la baisse du prix du bien qu'il cherche à acquérir est en ligne avec la baisse générale du marché", assure Cyril Maurel du réseau Era.

Si le produit a perdu 20% de sa valeur en l'espace d'un mois, l'acquéreur peut demander à consulter les diagnostics techniques au moment de la signature du compromis pour connaître l'état des installations (électricité, fosse septique...). "Il peut aussi consulter des artisans sur les infrastructures – murs, isolation, chauffage", reprend Cyril Maurel, qui prêche aussi pour sa paroisse : "l'acheteur peut même demander son avis à un agent immobilier. Mieux vaut avoir 5 ou 6 000 euros de frais d'agence à payer plutôt que 20 000 euros de travaux qu'on aura pas vu venir".