Désindustrialisation : les villes qui en souffrent le plus

Désindustrialisation Globalisation, tertiarisation... Derrière toutes ces évolutions il y a une réalité économique tragique : la désindustrialisation. En France elle plonge des villes entières dans le marasme.

Entre 1980 et 2007, l'industrie française a perdu 36% de ses effectifs, soit 1,9 million d'emplois (71 000 par an), selon la Direction générale du Trésor et de la politique économique (DGTPE). Sans surprise, la contribution de se secteur au PIB est passé de 24% en 1980 à 14% en 2007. Mais alors quelles sont les villes les plus touchées par la désindustrialisation ? Essentiellement celles qui n'ont pas su compenser via la tertiairisation des emplois ces dernières décennies.

Et non, ce n'est pas une ville du Nord ou de Lorraine qui figure en tête de notre classement, mais Aubergenville, une petite ville francilienne. C'est sur son territoire que se trouve l'usine Renault de Flins entre autres. En 1982, la ville offrait 10 968 emplois dans l'industrie sur un total de 16 572 (66,18%). 25 ans plus tard, ce secteur ne représente plus que 27,86% des emplois. C'est que pendant cette période 9 113 emplois industriels ont disparu et ils n'ont pas été remplacés. Au final, 9 916 emplois tous secteurs confondus ont été détruits sur cette période.

 

Les 30 villes qui ont le plus souffert de la désindustrialisation entre 1982 et 2007
RangVilleEvol. emplois industriels (1)Rang 1Evol. nombre d'emplois total (2)Rang 2Evol. part des emplois industriels (3)Rang 3Score (1+2+3)
Source : Insee 2009 / JDN
1Aubergenville (78)-91139-59,80%3-38,3 pts921
2Freyming Merlebach (57)-715022-64,10%2-38,6 pts832
3Montataire (60)-481532-44,50%19-36,3 pts1162
4Valentigney (25)-272374-52,60%11-32,2 pts26111
5Oignies (62)-1908126-58%4-43,7 pts5135
6Graulhet (81)-270377-34,90%39-32,4 pts24140
7Carmaux (81)-1878131-35,60%38-30,3 pts33202
8Anzin (59)-2082105-37%34-26,4 pts67206
9Rombas (57)-1581161-52,60%10-26,4 pts68239
10Raismes (59)-1522168-29,60%53-31 pts31252
11Poissy (78)-786517-8,30%199-27,4 pts55271
12Gennevilliers (92)-873411-12,10%151-23,1 pts114276
13Méricourt (62)-1155237-34,50%40-38,2 pts10287
14Mondeville (14)-342252-7,50%213-28,3 pts45310
15Saint-Fons (69)-272275-27,10%61-19,1 pts192328
16Haubourdin (59)-1784142-18,10%107-25 pts85334
17Vénissieux (69)-789916-6%241-24,7 pts90347
18Creutzwald (57)-1862134-19,30%99-22,5 pts118351
19Halluin (59)-1565165-23,60%79-23,5 pts109353
20Vieux-Condé (59)-1052256-30,30%52-27,3 pts57365
21Condé-sur-l'Escaut (59)-1041257-16,40%121-34,6 pts18396
22Sallaumines (62)-985277-28,90%57-25,9 pts75409
23Jeumont (59)-1508174-42,40%21-18 pts226421
24Fourmies (59)-1421186-15,60%124-22,7 pts117427
25Wittelsheim (68)-941290-21,50%89-26,2 pts71450
26Saint-Chamond (42)-282470-8,90%191-18,8 pts199460
27Mantes-la-Ville (78)-1486175-19,40%98-19,3 pts188461
28Grande-Synthe (59)-359550-24%78-15,4 pts348476
29Le Creusot (71)-289568-20,20%91-15,5 pts343502
30Persan (95)-1028267-24,30%77-18,5 pts210554

En seconde position, on trouve Freyming-Merlebach, petite ville de Moselle qui tirait il y a encore une décennie sa richesse de ses houillères. Fermée définitivement en 2003, le déclin de cette industrie se traduit froidement en chiffres : 7 150 emplois industriels détruits et un nombre d'emplois total divisé par trois en 25 ans. Alors qu'en 1982, les emplois industriels frôlaient les 50%, ils sont aujourd'hui inférieurs à 10%.

Troisième ville de notre classement. Montataire, dans l'Oise. Si Arcelor et Azko Nobel sont encore présents dans la ville, les emplois qu'ils offrent sont ridicules par rapport à ce que l'industrie a pu représenter pour l'économie locale. En 25 ans, la ville a perdu 4 815 emplois industriels et n'a pas pu les remplacer.

Suivent Valentigney, victime du déclin de l'industrie automobile dans le Doubs (Peugeot et Faurecia), Oignies, dans le Pas-de-Calais, désertée depuis la fin de l'extraction du charbon. Aux 6e et 7e places, on trouve deux villes du Tarn, Graulhet et Carmaux. La première a vu son industrie de la mégisserie et de la maroquinerie décliner inexorablement sans que le tertiaire puisse la compenser. La seconde ne s'est jamais remise de la fermeture de ses exploitations de charbon.

Sans grande surprise, c'est la région Nord-Pas-de-Calais qui paie le plus lourd tribut à la désindustrialisation avec 13 villes dans le top 30 dont Oignies, Anzin et Raismes. L'autre région qui plus discrètement souffre du déclin industriel, c'est l'Ile-de-France. Plusieurs villes ont atteint un stade critique, incapables de compenser leurs pertes d'emplois industriels par des emplois tertiaires. Outre Aubergenville (78), il faut citer Poissy (78), Gennevilliers (92), Mantes-la-Ville (78) et Persan (95). Autrement dit une bonne partie des piliers industriels de l'Ouest parisien qui s'articulent autour de la Seine.

 

Les 10 villes industrielles qui font le mieux fait face à la désindustrialisation entre 1982 et 2007
RangVilleEvol. emplois industriels (1)Rang 1Evol. nombre d'emplois total (2)Rang 2Evol. part des emplois industriels (3)Rang 3Score (1+2+3)
Source : Insee,2009 / JDN
1Les Herbiers (85)5561920102,6%1653-14,2 pts4253998
2Cernay (68)234182163,8%1387-10,6 pts6443852
3Obernai (67)143171453,1%1271-12,1 pts5373522
4Rumilly (74)-65104765,5%1406-15,1 pts3692822
5Comines (59)-13190326,4%899-10,7 pts6432445
6Trélazé (49)-47353270,3%1457-23,4 pts1102099
7Gravelines (59)-41458414,8%655-9,7 pts7201959
8Outreau (62)-43657337,8%1091-18,6 pts2081872
9Carquefou (44)-89530164,3%1392-20,5 pts1591852
10Bouguenais (44)-74336962%1370-23,3 pts1131852

A l'inverse, d'autres villes ont parfaitement encaissé le choc de la désindustrialisation. Ainsi, en Vendée, Les Herbiers, très dépendante de l'industrie en 1982 (37% des emplois) a su non seulement augmenter le nombre de ses emplois industriels (+556) mais aussi développer d'autres secteurs d'activités (+102,6% d'emplois entre 1982 et 2007) et baisser la part des emplois de fabrication (22,8% en 2007). Idem pour Cernay, en Alsace. Le nombre d'emplois a augmenté dans tous les secteurs, mais la part de ceux dédiés à la fabrication est passée de 35,5 à 24,9%. Notons également la capacité d'Obernai (Bas-Rhin), de Rumilly (Haute-Savoie) et Comines (Nord) à convertir des emplois industriels en emplois tertiaires. Idem pour Trélazé (49), Gravelines (59) et Outreau (59). Bonne note également pour les deux communes de Loire-Atlantique que sont Carquefou et Bouguenais.

 

Méthodologie

Pour connaître les villes qui souffrent le plus de la désindustrialisation en France, le Journal du Net a ausculté à la loupe l'évolution de l'emploi dans les villes de plus de 5 000 habitants (1 962 villes).
A partir des données fournies par l'Insee, la rédaction a calculé le nombre d'emplois perdus dans l'industrie, ville par ville, entre 1982 et 2007, ainsi que le total d'emplois perdus dans la commune entre 1982 et 2007. Nous avons calculé pour cette période le nombre de pertes d'emplois dans l'industrie (1), l'évolution du nombre d'emplois dans la ville (2) et l'évolution de la part des emplois industriels dans l'emploi total (3).
Pour chacun de ces trois indicateurs, la rédaction a classé les villes. L'addition de la place de chaque ville dans chacun des trois classements a donné un score (1+2+3). C'est sur la base de ce score que le classement final a été effectué. Mais pour rendre compte des réelles catastrophes sociales, nous n'avons retenu que les villes dont la population dépasse les 10 000 habitants et dont la part des emplois industriels était supérieure à 33% en 1982.

 

Expliquez-moi