1990 : Le très lent dégonflement de la bulle japonaise

Dans les années 1980, le Japon est présenté comme le modèle à suivre par les pays européens. L'insolente santé économique de l'archipel, qui ne se dément pas, alimente la spéculation.

La bulle boursière atteint son apogée le 29 décembre 1989. Pendant cette séance, l'indice Nikkei frôle les 40 000 points. A cette flambée financière s'ajoute une bulle immobilière sans précédent. A l'époque, des estimations donnent au seul terrain occupé par le palais impérial au cœur de Tokyo autant de valeur que le PIB californien.

Bien évidemment, le krach est survenu brutalement. Le Nikkei est redescendu autour de 30 000 points et le prix de l'immobilier a chuté. Mais l'ampleur de cette bulle n'a de comparable que les conséquences de ce krach. Une décennie n'aura pas suffit au pays pour s'en remettre.