Taux de chômage et chômeurs en France : le point en avril 2014

Chômage et chômeurs en France Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A progresse de 31 500 sur un mois en février. Le taux de chômage, lui, est en baisse, à 9,8% au 4e trimestre 2013.

Les chiffres des demandeurs d'emploi de mars seront disponibles ce vendredi 25 avril.

Un triste nouveau record  a été battu à l'entre-deux tours des élections municipales 2014. En février dernier, la métropole compte 3 347 700 chômeurs de catégorie A. Fraichement nommé ministre du Travail du gouvernement Valls, François Rebsamen a assuré jeudi 3 avril, lors de la passation de pouvoir, que les réformes conduites par Michel Sapin, son prédécesseur, allaient "porter leurs fruits".

Les chômeurs en France

Le nombre de chômeurs de catégorie A a encore augmenté ce mois-ci. En France métropolitaine, la hausse atteint 0,9% sur un mois et 4,7% sur un an. Les chômeurs sont 31 500 de plus qu'en janvier 2014 et 149 800 de plus qu'en février 2013.

Dans le détail, toutes catégories d'âge confondues, tous les demandeurs d'emploi voient leur nombre augmenter en février. Les chômeurs de 50 ans et plus sont les plus touchés par la hausse : +1,3% sur un mois et +12,1% sur un an, soit 82 100 personnes de plus qu'en février 2013.

Le nombre de demandeurs d'emploi âgés de 25 à 49 ans a quant à lui progressé de 3,9% depuis février 2013, soit 76 100 chômeurs de plus. En nombre, toutes catégories d'âge confondues, ce sont eux qui souffrent le plus sur un mois : +19 700 personnes.

Les hommes sont une nouvelle fois plus touchés par la hausse que les femmes : +5,2% sur un an pour les premiers et +4,1% pour les secondes. Entre février 2013 et février 2014, le nombre de chômeuses de moins de 25 ans a même baissé de 2,4%, à 251 000.

Les chômeurs en France, selon la catégorie

En février 2014, c'est le nombre de chômeurs de catégorie E qui a le plus augmenté : +1% sur un mois et +11,6% sur un an.

Chart: Les chômeurs en France métropolitaine (milliers)Description: Tags: Author: JDNcharts powered by iCharts

 

Le taux de chômage en France

Les chiffres du quatrième trimestre 2013, montrent une baisse du taux de chômage de 0,1 point en France métropolitaine, à 9,8%, selon l'Insee. 

Un taux qui passe sous la barre des 10% grâce à une révision méthodologique de l'Institut de la statistique, qui a miraculeusement fait perdre 0,5 point à tous les taux. 

Si l'on inclut les Dom, le taux de chômage s'établit à 10,2%.

Cliquez sur les intitulés de données pour les faire disparaître du graphique. Affichez la période voulue grâce à la barre horizontale.

Chart: Le taux de chômage en France métropolitaine (%)Description: Le taux de chômage en France depuis le premier trimestre 1975, selon l'âge et le sexe.Tags: Chômage, Chômeur, FranceAuthor: JDNcharts powered by iCharts

Dans le détail, les moins de 25 ans sont toujours les premières victimes du chômage, avec un taux à 22,8% en métropole, malgré une baisse conséquente de 1,1 point sur un trimestre et de 2,6 points sur un an. Les 50 ans et plus voient également leur taux chuter, mais dans des proportions plus modestes : -0,2 point, à 6,4%.

Pour le quatrième trimestre d'affilée, les femmes affichent un taux de chômage inférieur à celui des hommes, à 9,7% (un chiffre stable) contre 9,8% (-0,2 point).

Le taux de chômage par département

Grâce à notre carte interactive, découvrez le taux de chômage par département au quatrième trimestre 2013.

 

Au quatrième trimestre 2013, les trois départements français qui affichent le plus fort taux de chômage restent les Pyrénées Orientales (14,6%), l'Hérault (14,4%) et l'Aisne (13,9%). Dans le premier, le taux de chômage, stable sur un an, diminue de 0,3 point sur un trois mois. A l'inverse, les départements aux taux de chômage les plus bas sont toujours le Cantal (6,6%), la Mayenne (6,6%) et la Lozère (6%). Ces territoires enregistrent des taux de chômage inférieurs à la moyenne nationale : en France métropolitaine, le taux de chômage au 4e trimestre 2013 s'établit en effet à 9,8%.  A noter que dans le Cantal et en Mayenne, le taux de chômage a même reculé de 0,2 point sur douze mois.

Le nombre de chômeurs par département

En février 2014, le Nord, les Bouches-du-Rhône et Paris restent les trois départements qui comptent le plus de demandeurs d'emploi de catégorie A.


En février 2014, c'est dans les départements du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et de la Seine-et-Marne que le nombre de chômeurs de catégorie A a le plus progressé (+0,8% sur un mois pour les trois). A l'inverse, les Hautes-Pyrénées enregistrent une baisse du nombre de demandeurs d'emploi de 5,6% entre janvier et février 2014.

C'est dans le Nord que les chômeurs de catégorie A sont les plus nombreux : ils sont 173 900 en février 2014 contre 174 600 en janvier (-0,4%). Deuxième département dans lequel le nombre de demandeurs d'emploi est le plus élevé, les Bouches-du-Rhône. Là aussi, le nombre d'inscrits baisse sur un mois (-0,5%), à 131 500 personnes. Paris monte sur la troisième marche de ce triste podium, avec 130 200 demandeurs d'emploi de catégorie A recensés en févriers 2014 (+0,7% par rapport à janvier 2014).

La Creuse, le Cantal et la Lozère restent les départements qui comptent le moins de chômeurs. Leur nombre est même en baisse de 1,9% dans le Cantal sur un mois, à  5 100 personnes en février.

 

Bon à savoir

Le nombre de chômeurs en France représentés dans le premier graphique sont les demandeurs d'emploi de catégorie A inscrits à Pôle Emploi, c'est-à-dire les personnes sans emploi "tenues de faire des actes positifs de recherche d'emploi" et donc non les chômeurs de longue durée. Les données présentées concernent les demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi, l'organisme en charge de la lutte contre le chômage.

La notion de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi est donc différente de celle de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT). Un chômeur au sens du BIT est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui n'a pas travaillé, ne serait-ce qu'une heure, au cours de la semaine de référence, qui est disponible pour une embauche dans les 15 jours et qui a cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en a trouvé un qui commence dans les trois mois. De la classification des demandeurs d'emploi dépend également tout un système d'aide, de droits, d'allocations et même de formation.

Le taux de chômage présenté dans le second graphique est un bon indicateur de la santé économique d'un pays. De manière générale, le taux de chômage correspond à la part de la population active qui est au chômage. Sont répertoriées dans la population active les personnes qui occupent effectivement un emploi, y compris celles qui travaillent à temps partiel, et celles qui sont en recherche active d'emploi. Il ne suffit donc pas d'être en âge de travailler pour être comptabilisé dans la population active. La définition du taux de chômage peut varier d'un pays à l'autre, en fonction des critères retenus par les instituts nationaux de statistique.

Ce taux de chômage est calculé par l'Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT) selon lesquelles un chômeur est une personne de plus de 15 ans qui remplit trois critères. D'abord, elle n'a pas travaillé du tout au cours de la semaine de référence. Ensuite, elle est disponible pour travailler dans les deux semaines. Enfin, elle a recherché activement un travail dans les trois dernier mois ou en commence un dans moins de trois mois.

 Tous les indicateurs économiques

 

 

Chômage / Indicateur économique