La Guinée, un grenier à bauxite

grâce à une joint-venture avec la compagnie des bauxites de guinée (cbg), le
Grâce à une joint-venture avec la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), le géant de l'aluminium Alcoa détient l'exclusivité des droits d'exploitation de la mine de Bauxite de Sangaredi en Guinée. © Alcoa

La bauxite est une roche rougeâtre riche en alumine. 85% de la production est donc destinée à la production d'aluminium : il faut environ 4 tonnes de bauxite pour fabriquer une tonne d'aluminium.

La Guinée n'est que le cinquième producteur mondial mais elle dispose du plus gros potentiel, puisque ses sous-sols renfermeraient 25 milliards de tonnes de bauxite, soit la moitié des réserves mondiales selon le département d'Etat américain. Potentiel d'autant plus intéressant que la bauxite guinéenne est facilement exploitable (la plupart des mines sont à ciel ouvert) et très riche en alumine. Aujourd'hui, ce minéral assure 80% des échanges commerciaux de la Guinée. Mais les mines ont été entièrement confiées au secteur privé dans les années 1990. A l'époque de Sékou Touré, les mines de bauxite rapportaient à l'Etat actionnaire entre 300 et 500 millions de dollars par an, selon un spécialiste cité par France 24. Aujourd'hui, les contrats miniers ne représenteraient plus que 120 millions de dollars de recette.