Le taux d'autofinancement des PME est très faible

les entreprises françaises se sont consacrées à leur désendettement plutôt qu'à
Les entreprises françaises se sont consacrées à leur désendettement plutôt qu'à l'investissement. © JDN

D'après l'Insee, le taux d'autofinancement (épargne brute/investissement) des entreprises en France s'est effondré à 63,6% en 2009, alors qu'il culminait à 98,6% en 1998. Les taux d'autofinancement des sociétés non financières allemandes et françaises, qui étaient pourtant tous les deux proches de 80% en 1995, ont suivi des trajectoires opposées entre 1995 et 2009. En France, il n'a cessé de s'effriter quand il oscillait aux alentours de 100% en Allemagne. Ceci est le résultat d'une baisse du taux d'épargne qui n'a pas empêché les entreprises françaises de poursuivre leur effort d'investissement au prix d'un alourdissement de leur dette.

Or, avec ce régime, les lendemains de crise sont plus amers. Logiquement, les entreprises françaises se sont consacrées à leur désendettement. Et celui-ci conduit inévitablement à des reports d'investissements et à des licenciements. Autrement dit, les PME françaises sont globalement sur la corde raide.