Accablé de dettes, un milliardaire allemand se suicide

adolf merckle savait son conglomérat menacé pour pouvoir se sucider.
Adolf Merckle savait son conglomérat menacé pour pouvoir se sucider. © Photomontage JDN / Alexander Shevchenko - Fotolia.com

A travers sa holding, Adolf Merckle contrôlait plusieurs grands noms de l'économie allemande : le cimentier HeidelbergCement, le groupe pharmaceutique Ratiopharm, le grossiste Phoenix, mais aussi des sociétés spécialisées dans la fabrication de moteurs, de dameuses ou de machines-outils. Un empire dont le chiffre d'affaires dépasse les 30 milliards d'euros. Si bien que Forbes estimait qu'il était la 94e fortune mondiale, avec un patrimoine de 9,2 milliards de dollars. Mais voilà, avec la crise, Adolf Merckle se débattait pour sauver son conglomérat menacé de faillite à la suite de spéculations boursières ruineuses, notamment sur Volkswagen. Acculé à la ruine, il s'est suicidé le 5 janvier 2009, à l'âge de 74 ans, en se jetant sous un train non loin de son lieu de résidence, dans le Bade-Wurtemberg.