Un polar en jeu vidéo sur DS

Unsolved Crime en test Confronter des dépositions de suspects, fouiller à la recherche d'indices, étudier les pièces à conviction pour résoudre des crimes sordides... Voilà ce que propose Unsolved Crime (affaires non classées).

u5
Le briefing avant de partir sur la scène de crime © Nintendo

Un commissaire à la voix rauque et suave, chargée de tabac froid et d'alcool, la cravate défaite, manches de chemises retroussées. Une jeune partenaire, certainement très séduisante, malgré les 12 pixels qui la composent. Une ancienne mannequin à la police criminelle, voilà qui est certainement aussi rare qu'une ex-miss au gouvernement. Et une forte odeur de café corsé, un tableau noir où sont épinglées les photos des suspects de l'enquête en cours... C'est dans cette ambiance que vous arrivez, vous, jeune enquêteur, pour votre premier jour à la crim' de New York.  

Après un rapide tour de présentation du bureau et une banale affaire de graffiti pour se mettre en jambe, vous voilà parti pour votre premier meurtre. Vous en aurez une petite dizaine à résoudre, dans l'ensemble des histoires bien ficelées, diverses et bien écrites, et en trame de fond l'histoire du kidnapping de la soeur de votre partenaire, elle aussi mannequin et elle aussi certainement très belle, ce qu'on ne fera qu'imaginer au vu des performances techniques de la DS.  

 

Plutôt Derrick que l'Arme Fatale

 

u4
Votre très aimable collègue © Nintendo

Le commissaire vous interpelle : un meurtre s'est produit la nuit dernière. La victime est brièvement décrite, les photos des témoins et suspects sont au tableau. Les premières dépositions et preuves vous sont remises dans le dossier de l'affaire, et c'est parti pour la scène de crime. On fouille, cherche des indices. On croise les dépositions, recherche des incohérences... On parcourt toute la pièce d'un stylet inquisiteur. L'enquête avance en répondant aux questions de votre partenaire. L'intérêt est que le joueur est pris par la main, accompagné, ce qui rend le jeu accessible. Le problème : ce même joueur se sent dirigé, enfermé, doit suivre les étapes de la résolution d'enquête qui lui sont imposées, ne peut en sauter aucune. Autre défaut, les approximations de la traduction française. Outre des fautes de frappe, ce sont parfois des erreurs de mots ou même des absurdités qui viennent plomber tant l'ambiance que l'enquête. C'est regrettable puisque la qualité des intrigues proposées vous plonge avec efficacité dans le monde du roman noir. Si vous maîtrisez l'anglais, n'hésitez pas à choisir la version originale. 

L'essentiel du charme du jeu tient donc dans son ambiance polar des années 70, le grain à l'image, les choix artistiques compensent la faiblesse technique. La durée de vie est correcte, une grosse dizaine d'heure. Ne croyez pas en revanche le qualificatif indiqué sur la boîte : jeu d'action. C'est de l'aventure "point & clic", d'intéressantes enquêtes, et c'est déjà pas mal. 

 

 Développé par Empire Interactive, édité par Nintendo 


 40 euros environ sur DS

 

 

 

Console