Le low-cost

on assiste de plus en plus à une course aux prix cassés.
On assiste de plus en plus à une course aux prix cassés. © Maria Mitrofanova - Fotolia

Les perspectives de croissance pour l'année 2011 ont récemment été revues à la baisse, la morosité de l'économie devrait donc encore durer. Chaque crise s'accompagne d'opportunités professionnelles. Le low-cost, bien sûr, est l'un des secteurs qui en bénéficie le plus.

Sandwichs à partir de 1 euros, hôtellerie et coiffure à prix cassé, formations de dernières minutes... L'APCE recense nombres d'initiatives entrepreneuriales de ce genre dans son étude "Secteurs porteurs 2010/2011 : de la crise à la reprise ?!" Preuve s'il en est que l'auto-entrepreneuriat peut lui aussi s'accommoder de ce contexte morose.