Greg Link (Co-fondateur de CoveyLink) "Les organisations qui inspirent la confiance sont trois fois plus rentables"

Best seller outre-Atlantique, le livre "Smart Trust" sera prochainement traduit en français. L'un des co-auteurs, Greg Link, revient pour le JDN sur le rôle de la confiance dans les affaires.

La "smart trust" est la capacité d'avoir confiance dans les personnes, les organisations et les produits, mais cela implique aussi de pouvoir évaluer le risque. En d'autres termes, c'est la capacité de jugement,ce qui ne correspond pas à de la méfiance mais à un équilibre entre la confiance et l'analyse. Il est très important de faire la distinction entre une confiance aveugle et cette "confiance intelligente".

 

Quels sont les avantages de se voir accorder la confiance des autres ?

Les statistiques montrent que les organisations qui inspirent confiance sont trois fois plus rentables que les autres. Les personnes et les organisations connues pour leurs succès ont 5 points communs : choisir de croire dans la confiance, commencer par soi-même, toujours déclarer ses intentions et supposer les intentions positives chez autres, tenir ses promesses et accorder sa confiance aux autres. Depuis la crise économiqueil est devenu difficile d'être confiant et mal vu de prendre des risques. "Smart Trust" enseigne aux entreprises à devenir fiables et à analyser intelligemment à qui elles peuvent faire confiance.  

Pourquoi la confiance est si nécessaire pour le succès d'une entreprise ?

"La confiance a un impact direct sur le succès d'une organisation"

Dans un sport, il faut avoir confiance dans son coach et dans ses coéquipiers : travailler collectivement est la seule manière de réussir. C'est pareil dans une entreprise. La confiance a un impact direct sur le succès d'une organisation. Pour qu'une entreprise puisse se développer, il faut déléguer les responsabilités et faire confiance aux compétences des collaborateurs. Warren Buffet fournit un exemple parlant. On le sait peu, mais il ne fait pasqu'investir dans des entreprises, il en achète et les dirige de façon indépendante. Avec Charlie Munger, il gère 78 organisations différentes et reçoit chaque mois 78 rapports de ses directeurs à qui il a délégué la gestion de ses entreprises. Buffet ne leur accorde pas une confiance aveugle. Au contraire, il les tient responsables du maintien des hauts standards decomportement, de moralité et des résultats qu'il leurs imposent.

Vous rappelez dansvotre livre que "83% des fusions échouent à créer de la valeur et plus de 50% en détruisent".  Comment expliquer ces statistiques ?

"La confiance est une forme de monnaie."

Les fusions et acquisitions sont incroyablement difficiles. Elleséchouent parce que pendant que les dirigeants évaluent les synergies, ils oublient de faire attention aux employés. La probabilité de réduire la valeur aucours des fusions résulte du conflit de culture entre les anciens employés etles nouveaux. Il faut rétablir la confiance du côté des employés avant de délivrer la valeur aux actionnaires. Ceci s'applique aussi quand un nouveau dirigeant est nommé à la tête d'une entreprise à la réputation écornée et à quiles employés ne font plus confiance. Ce dirigeant doit en premier lieu faireses preuves auprès de ses équipes. La manière la plus rapide et efficace pourr établir la confiance consiste à tenir ses promesses. C'est typiquement ce qu'a fait Gordon Bethune. Dans les années 90, Bethune est devenu le dixième PDG de Continental Airlines en moins de dix ans. Il a décrit ses employés comme "des enfants battus" à son arrivée. Il a donc décidéde recommencer à zéro. Devant ses équipes, il a brûlé leurs manuels deprocédures en déclarant que Continental Airlines allait devenir une desplus grandes compagnies aériennes aux Etats-Unis, mais à sa manière. Résultat : lors de sa dernière année à ce poste, Continental Airlines été classée par Fortune comme la compagnie aérienne le plus admirée au monde. Bethune a tenusa promesse et a obtenu la confiance et le respect de ses équipes.

gregpiccloseup
Greg Link, cofondateur de CoveyLink © CoveyLink

La perte de confiances'est généralisée pendant la crise économique et pas seulement dans les entreprises. Que devraient faire les pays d'Europe pour restaurer la confiance dans la zone Euro ?

L'économie est basée sur la confiance, on pourrait même direque la confiance est une forme de monnaie. Les PIIGS doivent regagner la confiance des autres pays européens en restaurant leurs économies, en tenant leurs promesses et en travaillant à se sauver eux-mêmes, mais aussi en pensant à sauver la zone Euro. Le centre de l'économie commence à sedéplacer vers l'Asie, en particulier la Chine. L'Europe pourra mieux rivaliser sielle est unie. Ce but est si important que les pays européens trouveront un moyen pour se faire confiance, une fois de plus.

Amazon / Trust