Ne plus donner d'idées

s'enfermer dans le mutisme n'est pas forcément la meilleure réaction.
S'enfermer dans le mutisme n'est pas forcément la meilleure réaction. © iStockphoto / Thinkstock

"Puisqu'il ne m'attribue pas mes idées, je vais arrêter de lui en donner." La réaction peut sembler logique : une simple mesure de rétorsion pour une utilisation indélicate de votre travail. Ce boycott peut éventuellement se révéler efficace à l'état de menace. "Vous pouvez très bien vous positionner par rapport à votre chef en disant : si vous voulez mes idées, attribuez-les moi", explique Stéphane Einhorn.

Bien évidemment, l'objectif doit rester de ne pas mettre en application ce qui s'apparente à du chantage. "En refusant de donner des idées, vous serez catalogues comme non-collaboratif", met en garde Stéphane Einhorn. Un comportement qui nuit à votre image, vis-à-vis de toute l'équipe, mais aussi à votre quotidien. Si vous en êtes réduit à brider votre production, l'intérêt de votre travail s'en trouve mécaniquement diminué.