Poser les mauvaises questions

Est-ce vraiment le moment ?. © R. Salin / CCM Benchmark

Après l'interrogatoire du recruteur vient le temps de poser des questions pendant l'entretien d'embauche. Et là, il est facile de se montrer maladroit et d'agacer le recruteur. "On vient de passer du temps à parler de l'entreprise, des valeurs, des missions et la première question que pose le candidat, c'est le salaire", se désole Brigitte Schifano. "On rencontre des gens qui parlent de RTT et des avantages du CE avant même d'évoquer la mission, renchérit Julie Scali. Même si l'équilibre entre vie privée et vie pro est important, nous cherchons à valider  les aspects professionnels d'abord."

Ce travers choque probablement davantage les DRH ou les opérationnels de l'entreprise que les professionnels des cabinets de recrutement. "Devant le consultant, le candidat a le droit de poser toutes les questions, concède Dominique Galet. Avec le recruteur, en revanche, il faut éviter de commencer le premier entretien en interrogeant sur les RTT. Ces sujets interviendront forcément au cours des discussions. En parler dès le début, c'est mettre la charrue avant les bœufs."