Assurer sa résilience ou décliner : une nécessité stratégique pour les entreprises qui se veulent pérennes

Les entreprises ayant mis en place un plan de continuité d’activité (PCA) peuvent-elles toutes se targuer d’être véritablement résilientes ? Une entreprise n’assurant pas l’actualisation de ses solutions peut-elle développer pleinement ses activités commerciales et assurer son positionnement ?

La résilience est aujourd’hui un critère différenciateur fort. Un véritable atout commercial. Les entreprises sont confrontées à un certain nombre de risques politiques, économiques, climatiques, sociaux ou encore technologiques – graves ou mineurs. Et tous sont à même de paralyser leurs activités stratégiques voire de remettre en cause leur pérennité. La continuité d’activité est un enjeu majeur pour les directions générales. Elles se doivent d’assurer la résilience de leur entreprise. Cependant, il faut se demander si un plan de continuité d’activité a été envisagé comme une solution viable, et cela de façon globale et durable. Il ne s’agit pas seulement de s’assurer qu’elle soit adéquate à un instant T de la vie d’une entreprise.

La continuité d’activité a longtemps été considérée comme un centre de coûts, une manière pour les entreprises de faire face à d’éventuelles crises. Cependant, le contexte marché a permis de mettre en lumière la forte valeur ajoutée de cet investissement : pérenniser et développer ses activités.
La résilience est une nécessité vitale, économique et commerciale, un critère différenciateur fort, et ce quel que soit le secteur d’activité des entreprises. On peut reconnaître qu’à ce jour, le secteur bancaire a été en avant phase en matière de pérennité, les réglementations ayant rendu obligatoire la mise en place d’un PCA et d’une organisation pour anticiper et gérer les risques ainsi que les crises. Et, à plus ou moins court terme, il est impératif que les entreprises de tous secteurs prennent conscience de l’importance de la résilience et de son cycle de vie pour poursuivre leur croissance. 
Comment une entreprise peut-elle être certaine de sa réelle résilience ? La résilience ne peut se voir comme une action ponctuelle. La conception n’est qu’une première étape. Il convient d’envisager son cycle de vie : mise en place, réalisation d’un ou deux tests par an afin d’évaluer s’il est nécessaire d’effectuer un plan de correction, accompagnement, audit… Par ailleurs, la résilience n’est efficiente que si elle intègre systématiquement les évolutions stratégiques de l’entreprise et qu’elle considère l’entreprise dans son environnement économique. En effet, une entreprise ne peut se savoir résiliente que si elle s’est également assurée de la résilience de son écosystème : fournisseurs essentiels et partenaires.
En parallèle de l’analyse approfondie des activités d’une entreprise et de sa stratégie, les risques qu’elle encourt doivent être identifiés afin d’en réduire la probabilité d’occurrence et l’impact lors de la survenance d’une crise. Au-delà d’une vertu de protection, cette démarche souligne la volonté d’une entreprise d’être proactive. Ainsi, il est possible de réduire les risques et leurs impacts en organisant sa résilience avec l’accompagnement et le soutien de partenaires experts qui aideront l’entreprise à analyser en profondeur son écosystème. Et si l’incident devait survenir, ces partenaires sont également à même d’accompagner l’entreprise pour lui permettre de reprendre rapidement ses activités stratégiques.
La résilience d’une entreprise, une fois établie, n’exclut pas d’étudier les bonnes pratiques générales et de continuer à s’entraîner en se basant sur de vraies situations de crise multisectorielles.
Bien entendu, obtenir des retours d’expérience n’est pas chose aisée. Cela s’avère même souvent complexe, et le choix du bon prestataire est par essence capital. Des professionnels de la continuité d’activité, disposant d’une vision pratique et pragmatique, sont à même de présenter des expériences concrètes de déclenchements de plans de continuité. La dimension conseil du prestataire ne doit pas se limiter à une analyse simple des risques. Elle doit être alimentée par du réel, du vécu et du pratique. Par ailleurs, des associations de professionnels telles que le CCA (Club de la Continuité d’Activité), qui regroupe de nombreux acteurs du secteur ainsi que des entreprises de tout type et de toutes activités, donnent un accès à des cas concrets.
La continuité d’activité est devenue un réel enjeu stratégique, un véritable critère différenciateur dans un contexte de plus en plus complexe. Une entreprise résiliente se doit de le faire valoir auprès de ses différentes parties prenantes (fournisseurs, clients, prospects, investisseurs…). La résilience constitue aujourd’hui un véritable atout commercial.
Et, logiquement, il est à prévoir qu’une entreprise non résiliente ne sera pas, à l’avenir, capable de développer pleinement ses activités. Se généralisant, la résilience s’imposera certainement comme un standard incontournable de la vie de toute organisation.

 

Autour du même sujet