Pourquoi j’embauche en me fondant sur la personnalité

Et si les compétences n’étaient que secondaires pour constituer une équipe gagnante ?

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Pour une entreprise, rien n’est plus important que de pouvoir compter sur une équipe idéale. Si vous obtenez que vos employés forment une combinaison parfaite, vous aurez davantage de chances de réussir. Toutefois, la personne faite pour le poste ne se présente pas toujours à vous comme par magie.

La première chose à chercher à lorsque vous voulez recruter un excellent employé est une personne dont la personnalité correspond à votre culture d’entreprise

La plupart des compétences peuvent être inculquées, mais il est difficile de façonner la personnalité de quelqu’un par l’apprentissage. Si vous réussissez à trouver un candidat qui soit amusant, sympathique, attentionné et qui aime aider les autres, vous êtes tombé sur la perle rare.
La personnalité est un élément-clé. Le sujet n’est pas systématiquement abordé en entretien – certaines personnes peuvent être timides. Mais vous devez vous fier à votre instinct. Si vous recevez une personne quelque peu introvertie qui dispose d’une personnalité hors pair, faites appel à votre expérience pour tirer le meilleur de ce qu’ils ont en eux. Cela est plus facile à faire avec une personne extravertie, mais méfiez-vous des candidats qui deviennent excessivement excités par le stress d’un entretien.

Il est possible de s’approprier la plupart des postes extrêmement facilement lorsqu’on est plongé dans le bain

 En trois mois, on peut généralement connaître les différentes facettes de notre rôle. Si vous êtes satisfait par la personnalité du candidat, alors examinez son niveau d’expérience et d’expertise. Trouvez des personnes qui disposent de compétences transférables – vous avez besoin de personnes dotées d’un esprit d’équipe, qui peuvent donner un coup de main et s’essayer à tout type de poste. Bien que des candidats spécialisés dans leur domaine soient parfois nécessaires, la versatilité est une qualité qui ne doit pas être sous-estimée.

Certains managers accordent trop d’importance à la qualification

C’est d’ailleurs la dernière chose que je regarde dans un CV. Si un candidat a 5 diplômes et tellement de félicitations du jury que tout ne rentre pas sur une feuille de papier, cela ne veut pas forcément dire qu’il est la personne idéale pour le job. De bons résultats universitaires ne veulent rien dire s’ils ne sont pas accompagnés d’un vaste éventail d’expériences professionnelles et d’une personnalité de vainqueur.
Cela ne veut pas pour autant dire que vous ne devez pas prendre de risque lorsque vous constituez votre équipe. N’ayez pas peur d’embaucher des anticonformistes. Des personnes qui pensent un peu différemment des autres peuvent transformer des obstacles en opportunités et insuffler une certaine énergie créative au sein d’un groupe. Certains des meilleurs candidats que nous avons engagé ne semblaient pas être capables de s’intégrer au début, mais ont fini par devenir des éléments indispensables.
Si vous engagez la mauvaise personne à la tête d’une entreprise, elle pourra la détruire en un rien de temps. La promotion interne est généralement une bonne solution car l’employé promu sera motivé par son nouveau rôle et connaît déjà l’entreprise sur le bout des doigts. En outre, il respecte et a confiance en son équipe.

De la même manière, injecter du sang neuf peut redynamiser l’entreprise

Virgin Atlantic et Virgin Australia ont récemment embauché des CEO extérieurs : John Borghetti pour Virgin Australia et Craig Kreeger pour Virgin Atlantic. Ils ont apporté énormément de nouvelles idées à l’entreprise, ainsi qu’une expérience de ce que la concurrence réussit bien et ce dans quoi elle est loin d’exceller.
Lorsque les entreprises vivent des poussées de croissance, elles embauchent souvent en masse et la culture d’entreprise peut en pâtir. Si se dépêcher de recevoir des candidats pour aider à porter le fardeau peut passer pour un acte désespéré, il vaut mieux être patient en attendant de trouver le candidat idéal, plutôt que de se précipiter et de déséquilibrer votre équipe.
J’ai entendu une phrase très amusante dite par le CEO de Funding Circle, Samir Desai, qui parle de s’assurer d’engager et de licencier les bonnes personnes. Il citait l’élégant Dan Jacobs qui travaille chez Apple : "Dans votre équipe, il vaut mieux avoir un trou qu’un trou du cul !"

---------------------------------
Traduction par Joséphine Dennery, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 300 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet