Intelligence émotionnelle : managers, comment la mettre au service de la performance ?

La performance en entreprise est aujourd’hui principalement assimilée à la productivité. Quant à la réussite, elle est attendue sur les plans professionnel comme personnel.

Pourtant, à la lumière des études menées sur l'intelligence émotionnelle, la performance et le succès dépendent directement de la capacité des individus à contrôler leurs émotions et celles des autres.

Performance ou intelligence émotionnelle ?

Managers, dans un contexte où la productivité et le bien-être des salariés sont des conditions indispensables à la performance d’une entreprise, vous devez vous montrer capables d’ajuster et de modifier votre comportement pour trouver le juste milieu entre contraintes de productivité et bien-être de vos équipes.
Cependant, la crise impose aussi la multiplication des projets : vous êtes donc souvent amenés à piloter des équipes très différentes, sur des projets très distincts, le tout dans des laps de temps très courts d’un projet à l’autre. Ce qui nécessite de votre part une réadaptation immédiate et systématique.
Pour arriver à motiver vos troupes et à les engager dans un nouveau projet, chacun sait combien le leadership peut constituer un atout important. Or, à moins de bénéficier d’un charisme hors-norme, le leadership se cultive dans le temps, et la performance s’invite rarement à la genèse d’un projet.
C’est là que l’intelligence émotionnelle, en tant que caractéristique du charisme, prend toute son importance. C’est elle qui peut vous mener à l'excellence sur le plan du leadership et donc concourir à l’amélioration rapide de la performance, même à l'aube d'un nouveau projet.
La question est donc simple : n’est-il pas plus pertinent de développer votre intelligence émotionnelle plutôt que de rechercher la performance via de simples leviers organisationnels ou par le biais des techniques managériales traditionnelles ?

La bonne fréquence émotionnelle au bon moment pour une meilleure performance

Si le leadership et le charisme sont reconnus comme les principaux leviers d’engagement, savoir actionner les leviers émotionnels adéquats à des moments précis peut s’avérer plus efficace dans bien des situations. Un leader doit ainsi être en mesure de contrôler ses émotions en se plaçant dans des “modes émotionnels” précis, comme la confiance, l’adaptabilité, la créativité ou encore l’intuitivité.
Ces modes émotionnels sont eux-mêmes conditionnés par d’autres émotions telles que l’estime de soi, le pessimisme, l’empathie, le désir… L’objectif, pour vous : savoir comment mettre à profit chacune de ces émotions pour favoriser l’entrée dans un mode émotionnel à un moment donnée. La bonne fréquence émotionnelle, déployée à un moment précis, se traduira ainsi par un comportement toujours adéquat.
Si, par exemple, de nombreux doutes assaillent l’esprit de votre équipe, vos seuls mots rassurants ne sauront être suffisants. Vous devrez adopter un comportement reflétant votre confiance en vous  si vous souhaitez remotiver rapidement vos troupes. Il vous faudra donc entrer dans un mode émotionnel de confiance, lequel se traduira par des gestes et des attitudes qui avaliseront vos propos et renforceront la portée de vos paroles comme de vos actions.
Autrement dit, le contrôle de vos émotions peut grandement influencer celles d’autrui. Dans le monde du travail et pour les managers notamment, cette aptitude peut générer un plus grand engagement et une plus grande motivation des salariés : au final, la performance globale de l'entreprise s’en trouve améliorée.

Managers, quels leviers pour développer votre IE ?

Pour être capable de passer d’un mode émotionnel à un autre rapidement, une remise en question de vous-même s’impose. Dans l’univers du travail, la tenue vestimentaire sera ainsi une première brique évidemment primordiale, en reflétant l’estime de soi de chacun. Il est entendu qu’une tenue négligée ne peut inspirer le sérieux : en tant que manager, vous devez donc trouver un style qui vous est propre et via lequel votre personnalité saura s’exprimer avec force et justesse.
Deuxième levier important pour développer votre intelligence émotionnelle : vous obliger à rencontrer des gens de tous horizons pour casser les appréhensions et les tabous relationnels. Ainsi, en sortant de votre routine, vous apprendrez à vous sentir davantage à votre aise, quelles que soient les circonstances et les situations à gérer.
Troisième levier : la relaxation. Sachant qu’un manager crispé en permanence ne peut pas contrôler facilement ses émotions et encore moins celles des autres, des séances de relaxation peuvent vous changer complètement votre vie et celles de vos collaborateurs.
Enfin, le manager doit être capable d’empathie dans de nombreuses situations : une initiation à la programmation neurolinguistique peut s’avérer très utile. En apprenant à décrypter les gestes de vos interlocuteurs, vous les comprendrez mieux et pourrez donc savoir plus rapidement si l’empathie est de rigueur ou non.

En conclusion

Si la remise en question des méthodes managériales à travers des modèles hiérarchiques plus horizontaux est déjà à l'ordre du jour, l'intelligence émotionnelle pourrait bien se présenter comme une nouvelle compétence ou capacité managériale incontournable que chacun devra être en mesure de développer  à des fins aussi bien professionnelles que personnelles.
Pour mettre l'intelligence émotionnelle au service de votre performance, pas de secret : vous devez d’abord la développer, apprendre à passer d’un mode émotionnel à l’autre selon les circonstances, et, in fine, intégrer cette nouvelle aptitude au système décisionnel. Ce qui ne manquera pas de concourir à l’amélioration de votre productivité.
Et vous, comment vous y prenez-vous pour mettre l’intelligence émotionnelle au service de votre performance ?

Autour du même sujet