Bien-être en entreprise : 15 commandements pour 2015 (première partie)

Le bien-être au travail, à tort assimilé à la santé des collaborateurs, repose sur un état d’esprit à la fois global et subjectif. Ainsi que sur une multitude de facteurs qu’il convient d’identifier si vous voulez améliorer votre qualité de vie professionnelle.

Commandement n° 1 : posez-vous les bonnes questions pour avancer
Qu’attendez-vous de votre emploi ? Cherchez-vous la performance à tout prix, ou accordez-vous davantage d’importance à l’équilibre entre vos vies personnelle et professionnelle ? Quelles sont, en somme, vos priorités ?
Nul ne peut définir vos attentes à votre place : pour améliorer votre bien-être en entreprise, vous devez commencer par effectuer une petite introspection et à mettre le doigt sur ce à quoi vous inspirer réellement. La simple question de la rémunération ne peut suffire à garantir votre qualité de vie au travail. Les facteurs ayant un impact sur votre motivation sont bien plus nombreux, et leurs conséquences concernent aussi l’entreprise dans son ensemble : en effet, qui dit motivation dit productivité. En améliorant votre bien-être, vous contribuez à la performance collective du système dont vous faites partie. Lequel se doit pour sa part de tout mettre en oeuvre pour garantir votre bien-être, et notamment des plans de prévention du stress. La boucle est bouclée.
Commandement n° 2 : quantifiez vos facteurs clés de réussite
Les facteurs clés de succès sont, de manière générale, propres à chacun d’entre nous. Mais quand il s’agit de motivation et de bien-être, on retrouve quelques constantes. La motivation au travail est un facteur d’énergie et de progression aussi bien pour les entreprises que pour les salariés. Pourtant, si l’on en croit les études, seuls deux salariés sur trois sont engagés au travail. Rares sont ceux qui sont réellement motivés et qui éprouvent du plaisir à travailler. La raison est simple : la plupart des gens ont du mal à identifier ce qui les motive vraiment dans les tâches qu’ils ont à accomplir.
En identifiant vos facteurs de motivation, vous serez capable de déterminer ce que vous devez faire pour avancer et réussir. C’est en étant motivé que vous assumerez pleinement votre mission dans l’entreprise. Trois dimensions pourront ainsi être observées : le travail que vous réalisez ; les relations hiérarchiques et avec vos collègues, ainsi que les conditions de travail dans leur ensemble.
Commandement n° 3 : oubliez les critères de mesure uniques et subjectifs
A l’occasion de son cinquantième anniversaire, il y a quelques années, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) lançait une initiative visant à mesurer le bien-être des habitants des pays riches en vue d’améliorer leur existence. L’objectif : corriger les carences du produit intérieur brut (PIB), depuis longtemps critiqué. Avec son “Better Life Index”, l’OCDE partait donc du principe qu’un état subjectif, le bien-être, repose sur une série d’éléments objectifs, quantifiables et commun à tous.
Pourtant, la réalité est tout autre. A vous de déterminer les indicateurs qui ont de l’importance pour vous, et de créer votre propre index de référence autour des valeurs et des facteurs qui vous sont propres. Si la tâche vous pourrait trop ardue, un coach spécialisé saura vous aider à prendre du recul et à déterminer la cartographie qui vous permettra de faire le point et de progresser.
Commandement n° 4 : mettez à votre disposition les ressources nécessaires à l’atteinte de vos objectifs
Une fois vos critères de mesure définis, vos facteurs clés de succès déterminés et vos objectifs arrêtés, il est temps d’appréhender les ressources dont vous avez besoin pour progresser. 
Temps, personnel, moyens logistiques et financiers : vous devez, dans la mesure du possible, travailler main dans la main avec votre entreprise pour permettre une allocation efficace des ressources nécessaires à l’atteinte de vos objectifs.
Commandement n° 5 : démontrez votre expertise
La reconnaissance en entreprise passe par de nombreux leviers. Être reconnu, c’est aussi être plus motivé, et donc plus efficace, et donc toujours plus reconnu. Pour instaurer ce cercle vertueux, vous ne devez pas craindre de démontrer ce dont vous êtes capable. 
Nous sommes encore trop nombreux, victimes du syndrome de l’imposture, à ne pas oser faire valoir nos compétences et nos aspirations. C’est pourtant en vous affirmant que vous serez en mesure de changer la donne et de participer à la création de certaines conditions de votre bien-être au travail. 
Et vous, que pensez-vous de ces cinq premiers commandements ? Quels sont vos secrets de bien-être en entreprise ?

Autour du même sujet