L’art de détecter et développer le talent

Dans un monde incertain, volatile et imprévisible, la détection du talent s’avère un exercice complexe voire même, un véritable art.

Détecter les talents requiert de la part des organisations, une bonne capacité à anticiper leurs besoins en compétences futurs et à définir les profils capables de les mettre en œuvre. Cela nécessite aussi d’être en continu au plus près des attentes des candidats en termes de souhaits de développement. Quand tout est réuni, l’alchimie se concrétise et le talent s’exprime alors.

Face aux efforts déployés par les entreprises pour identifier,  accompagner et suivre leurs talents de manière individuelle, ces dernières doivent s’atteler à assurer les bonnes conditions de leur développement. Mais quelles sont-elles ?

Les entreprises qui réussissent à recruter et faire émerger avec succès des talents pour leur organisation ont souvent développé un environnement favorable à leur développement.

Les talents recherchent un environnement inspirant et porteur de sens

Les fondateurs de Google l’ont bien compris et ils affirmaient dans une interview, « les gens de talents sont attirés chez nous parce que nous leur offrons la possibilité de changer de monde ».

En effet,  porter une vision et la partager de la manière la plus large possible, au travers de la stratégie, des valeurs et de la culture de l’entreprise permet de donner un cap et induit un fort engagement pour ceux qui s’y inscrivent. Bien entendu, une communication interne cohérente et en ligne avec cette vision à tous les niveaux de l’organisation est nécessaire pour entretenir l’engagement.

« Les entreprises bénéficiant d’une bonne image en tant qu’employeur, ont cette capacité à attirer plus aisément des personnes en adhésion avec leur environnement, pour lesquelles les valeurs font sens », reconnaît Sylvie Chauvin, DRH de Figaro Classifieds. « Un recrutement c’est aujourd’hui sur le marché des cadres, autant un candidat qui choisit l’entreprise que cette dernière qui le sélectionne», ajoute-t-elle.

Parallèlement, on doit redonner toute sa place à l’individu en lui donnant l’espace nécessaire pour s’exprimer, car ce dernier peut apporter du sens à l’organisation. Frédéric Thoral,  DRH International Retail Banking de BNP Paribas explique : « On doit faire confiance à l'intelligence de chaque individu , qui va permettre la transformation et in fine structurer l'intelligence collective de l'organisation: il faut rendre la confiance dans l'individu ;  construire les références , travailler sur les valeurs, les principes , dans un monde qui change c'est ce qui in fine reste quand tout change autour , c'est le socle sur lequel bâtir ; bref redonner la liberté de penser, de créer, d'agir."

Enfin, les organisations doivent s’assurer en permanence qu’elles posent à leurs collaborateurs des exigences et objectifs  cohérents eu égard à  leur stratégie et environnement.

Les talents ont besoin de s’inscrire dans un environnement exigeant et évolutif

Les talents ont besoin de se sentir challengés mais aussi écoutés. Il est important de pouvoir s’appuyer sur des managers capables à la fois de les alimenter et de reconnaître leur contribution et performance et faire la différence (en s’appuyant sur des systèmes de rétribution et de reconnaissance). « Ce qui fait la différence, c’est être capable de les écouter, et avoir cette volonté d’amélioration continue dans l’entreprise », commente Claudine Deumié, ex-DRH de grands groupes.

Les nouvelles idées, nouvelles perspectives, nouvelles façons de faire doivent être vécues positivement et encouragées, cela suppose une culture du changement mais aussi une politique RH qui vise le renouvellement régulier des équipes et favorise la mobilité interne.

Par exemple, on ne staffe pas les projets, les postes uniquement avec des personnes qui ont déjà fait la même chose, on tente des expériences nouvelles en pariant sur les aptitudes davantage que sur la preuve par l’expérience.

Les talents se développent dans un contexte qui encourage l’initiative et la prise de risque

Pour cela, sortir des vieux schémas et mettre en place une culture managériale basée sur la confiance et la responsabilisation est nécessaire pour libérer les énergies, offrir aux collaborateurs la possibilité d’exprimer leurs idées, et de s’impliquer davantage dans la vie de l’entreprise.

« Pour nous, les RH doivent être des agents du changement en questionnant les managers et en suscitant, à chaque fois que possible, de nouvelles manières de voir et de faire. Parallèlement, chaque collaborateur, manager ou RH doit oser challenger et accepter d’être challengé », précise Christian Couchoud, DRH du Crédit Agricole Assurance. « Il y a une culture de progrès. C’est un terreau propice pour le développement d’une politique de gestion des talents », poursuit-il.

Finalement, un environnement favorable au développement des talents est aussi un contexte favorable à la créativité et à l’innovation.

Ces conditions étant réunies, les entreprises doivent intégrer en priorité des collaborateurs qui adhèrent à leur environnement, car un talent émerge et se développe avant tout dans un environnement avec lequel il est en parfaite adéquation.

Innovation / Mobilité