RH : la personnalité, facteur clé de l'épanouissement en entreprise

La notion de personnalité est quasi omniprésente aujourd'hui dans les RH. Elle permet de faire une réelle différence en termes de résultats et de bien-être en entreprise. Encore faut-il en comprendre les enjeux.

La personnalité est quelque chose de personnel. Toutefois, elle ne fait pas pour autant référence à la sphère intime. Il ne s’agit clairement pas de la même chose. Les évaluations de la personnalité vont apporter des données objectives pour prendre la bonne décision mais ne vont en rien révéler l’intimité.


Aller au-delà des savoir-faire

Lors d’un recrutement (ou d’une mobilité interne) la logique veut que ce soit le candidat qui ait le CV le plus fourni qui ait le plus de chances. Sauf qu’aujourd’hui cette façon de faire est révolue. Cette mesure technique, extrêmement confortable dans un certain sens, ne suffit plus. Pourquoi ? Tout simplement car il faut aller au-delà du savoir-faire, important certes mais loin d’être le seul critère à prendre en compte.


Les compétences techniques deviennent accessoires

Aujourd’hui, une entreprise qui recrute va recevoir beaucoup de candidatures. Énormément. La vérité c’est que totes ces candidatures sont pour la plupart de qualité. C’est pour cela qu’il est essentiel de comprendre qui est la personne qu’on a en face de nous lors d’un entretien. En termes de valeurs, de comportements, d’intelligence émotionnelle, il est primordial de savoir si cette personne va s’adapter à l’équipe, au type de management, à l’entreprise. C’est ce qui va faire qu’elle va pouvoir s’épanouir dans ses fonctions.  Finalement la partie technique devient accessoire. C’est là que les évaluations RH deviennent pertinentes, elles vont amener des éléments objectifs pour indiquer si une personne peut correspondre à un poste.


On ne peut pas demander à quelqu’un de changer

La compétence existe, mais si ce n’est pas le cas, il est plus facile d’amener quelqu’un à acquérir les connaissances techniques qu’à modifier ses valeurs ou son comportement. On ne peut pas demander à une personne de changer, c’est ce qui fait que la personne se reconnait, qu’elle se motive jour après jour.


Sortir de sa zone de confort

Aujourd’hui, en tant que candidat, avec un marché de l’emploi difficile, on est dans une logique de vouloir décrocher un poste à tout prix. Et ce n’est pas toujours la bonne marche à suivre. On ne prend pas toujours le recul indispensable. Il faut sortir de cette logique de simple sélection. Lorsque la situation le permet, il est possible de pousser la réflexion plus loin et de se poser la question : "Suis-je vraiment fait pour ce poste ?".


Le savoir-être, une notion à ne plus négliger

Aujourd’hui, évaluer un candidat (ou un collaborateur) sur son savoir-être c’est éviter une rupture totale avec la personne concernée. Ne pas prendre en compte la personnalité c’est se risquer à voir un conflit de valeurs éclater. Ce dernier se terminant souvent sur deux situations :

- Le salarié s’en va / est licencié.

- Le salarié ne s’investit plus et peut potentiellement nuire à l’efficacité d’une équipe.


Le bien-être du salarié, cette notion à ne plus oublier

La personnalité est devenue un critère aujourd’hui essentiel. Il est toujours difficile de se relever après un échec mal anticipé en entreprise. Parfois, on a beau être doté des capacités techniques pour un poste, il peut y avoir une rupture considérable entre nos attentes, nos valeurs et celles de l’entreprise, nous menant droit dans le mur. Et c’est un drame, autant pour le candidat en situation d’échec, que pour l’entreprise car l’erreur de recrutement coûte cher (en moyenne plus de 45 000 euros selon une étude menée par RH Info en 2015).

S’approprier les outils

Il est donc nécessaire d’utiliser les outils d’évaluation existants pour mesurer la compatibilité d’un candidat à s’adapter et surtout l’accompagner dans son intégration. Aujourd’hui, ces solutions existent, encore faut-il que les DRH, recruteurs et chefs d’entreprise les saisissent.

Autour du même sujet