Nus au travail pour échapper aux licenciements

Sous le coup d'une annonce de licenciement collectif de 207 emplois sur 251 au début de l'été, les ouvriers de l'usine Chaffoteaux et Maury à Ploufragan dans les Côtes d'Armor ont imaginé poser nus dans leur fabrique de chaudières et de chauffe-eau pour sauver leur emploi. Des clichés qui composeront un calendrier que s'est proposé d'imprimer gratuitement un imprimeur et qui n'est pas sans rappeler les Dieux du stade, les ouvriers posant en effet entièrement nu derrière leurs outils de travail. De quoi faire passer le message aux dirigeants italiens du groupe que sans leur emploi, ils se retrouvent "à nu".

Une démarche qui fait écho à celle de l'agence de graphisme anglaise Onebestway : elle aussi s'apprêtait à licencier cet été pour des raisons économiques et face à la dégradation de l'ambiance, un psychologue du travail avait conseillé à l'agence de faire déshabiller tout le personnel pour lever les inhibitions et communiquer de façon plus ouverte. Le temps et quelques exercices ont eu progressivement raison des premières réticences des employés qui se sont finalement quasi tous prêtés au jeu. Cette démarche insolite a dépassé ses simples promesses : grâce à l'accroissement de la productivité générale (et certainement à la publicité gratuite qui en a découlé), l'agence n'a pas licencié et s'est même offert le luxe de recruter deux salariés de plus... Le naturisme au travail aurait-il in fine le pouvoir de chasser le spectre des difficultés économiques ?

SHA