L'apparence physique est le premier facteur de discrimination

depuis l'entretien jusqu'à la vie quotidienne, l'apparence physique reste un
Depuis l'entretien jusqu'à la vie quotidienne, l'apparence physique reste un sérieux facteur de discrimination. © auremar / Fotolia

Ce n'est sans doute pas une surprise mais, dans le monde de l'entreprise, avoir un physique disgracieux est loin d'être un avantage. Un baromètre réalisé par l'Observatoire Cegos, en partenariat avec la chaire management et diversité de la Fondation Paris-Dauphine, montre que l'apparence physique est le premier facteur de discrimination invoqué par les salariés en tant que témoins ou victimes. Et ce, avant l'origine ethnique que les responsables des ressources humaines, interrogés dans le cadre de cette même étude, plaçaient pourtant en tête des facteurs discriminants.

56 % des personnes interrogées disent ne pas être intervenues après avoir été le témoin d'un acte de discrimination, quelle qu'en soit la cause. Et, parmi elles, 30% ont avoué avoir ignoré la chose car elles se sentaient mal à l'aise face à une telle situation. Preuve, s'il en est besoin, que la solidarité entre collègues est encore loin d'être de mise.