Salon du Livre 2014 : l'autoédition enfin reconnue

Le Salon du Livre de Paris a attiré 198 000 personnes du 21 au 24 mars 2014. Cette année, un vent nouveau a soufflé sur la Porte de Versailles, celui de l’autoédition. Que dit la boule de cristal ?

L'autoédition mise en avant

Conférence sur la Grande Scène du salon, reportages dans les médias, présence des principaux acteurs du secteur : l'autoédition, qui consiste à publier son livre sans passer par un éditeur, a été une des attractions notables cette année.

Que dit la boule de cristal ?

L'autoédition n’est pas un adversaire de l'édition traditionnelle, mais plutôt une alternative, un autre chemin possible pour les auteurs et une grande source de découvertes pour les lecteurs.
 
Si 2014 a été l'année de la révélation pour l'autoédition au Salon du Livre de Paris, parions que 2015 sera celle de la confirmation. Comment cela va-t-il se passer ?
  • Des best-sellers !
Les best-sellers sont le moyen le plus sûr pour prouver que l'autoédition est une solution d'édition à part entière. Cela a déjà commencé avec des auteurs français comme David Forrest ou Agnès Martin-Lugand, qui ont vendu des dizaines de milliers d'exemplaires.
Soyons quand même honnêtes : la plupart des livres autoédités n'atteindront pas ces chiffres (d’ailleurs la plupart des livres édités par des éditeurs n'y arrivent pas non plus...). Une chose est sûre : d'autres auteurs autoédités connaîtront des succès similaires, attestant ainsi qu'on peut désormais tout à fait se faire connaître sans passer par un éditeur.
  • Des auteurs se professionnalisant
Pour réussir, il est important que les auteurs aient conscience qu'ils doivent écrire et publier des livres de qualité. Cela a toujours été - et sera toujours - la règle de base. Ensuite, le marketing doit être soigné, cela commence par exemple avec de belles couvertures et ensuite un travail de promotion auprès de son réseau (le bouche à oreille est le point de départ de toutes les ventes de livres). C'est en publiant des livres de qualité sur tous les plans, en se professionnalisant, que les auteurs peuvent percer. Les questions entendues au salon du Livre attestent que cette prise de conscience se développe fortement, ce qui est très positif.
  • Des libraires ouverts
Les libraires jouent évidemment un rôle dans le succès d'un livre. Là aussi une évolution se fait sentir, mais elle est plus lente. Les libraires en ligne acceptent sans problème les livres autoédités et ont bien compris que c'est une source de chiffre d'affaires non négligeable. Les plus importants (Amazon, Fnac notamment) savent les mettre en avant. Il faut que les libraires traditionnels les suivent sur cette voie, afin de ne pas se faire distancer.

Fnac / Mars