Webedia flambe à tout va, Fimalac remet 300 millions au pot

Plus de 18 millions d'euros pour un peu plus de la moitié de Tradelab. Plus de 10 pour Scimob et 9 pour Semantiweb. Le groupe média n'hésite pas à valoriser très cher toutes ses acquisitions.

[Mis à jour le 4  octobre 2016 à 08h21] "Ces valorisations comprennent le montant payé à l'acquisition de la société et d'éventuels earn-out basés sur un multiple du résultat de la société dans deux ou trois ans, justifie Cédric Siré, le patron de Webedia après parution de l'article. Les principes comptables imposent de les intégrer dès aujourd'hui avec des hypothèses prudentes, au sens comptable, et donc maximisant la valorisation."

Le financier Marc de Lacharrière est un actionnaire généreux. Celui qui avait créé la surprise en prenant le contrôle de Webedia via son groupe Fimalac en mai 2013 ne recule devant aucune dépense pour remplir l'objectif qu'il s'était alors assigné : faire de Webedia un poids lourd du Web hexagonal. Allociné, Overblog, Jeuxvideo.com... Le groupe a déboursé près de 240 millions d'euros entre 2013 et 2014 pour bâtir une audience de plus de 20 millions de visiteurs uniques en France. Et il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin, en témoignent les récentes acquisitions de Mixicom, Scimob, Easyvoyage ou encore Tradelab,.

Une participation dans Tradelab, qui le valorise près de 37 millions d'euros

L'épluchage des comptes qu'il vient de publier pour l'exercice 2015 permet de découvrir que Webedia détient 50,77% du capital de Tradematic, la holding de Tradelab, une plateforme de collecte et d'analyse d'événements en temps réel, dans un deal qui le valorise plus de 37 millions d'euros. Les fondateurs de la société bénéficient toutefois de bons de souscription de parts de créateur d'entreprise (BSPCE) qui leur permettraient de redevenir majoritaires. Figurant parmi les plus belles pépites de l'adtech français, la plateforme ne cesse de croître et a réalisé un chiffre d'affaires compris entre 20 et 25 millions d'euros en 2015, selon nos informations. Pour un résultat net de près de 550 000 euros. 

Les principales participations de Webedia*
Société Valeur des titres détenus (en millions d'euros) Part du capital CA hors taxe du dernier exercice  (en millions d'euros) Résultat du dernier exercice clos (en millions d'euros) Ratio de valorisation (capital sur chiffre d'affaires)
L'Odysée Interactive (jeuxvideo.com) 92,64 100% 5,3 0,4 17,5
Talent Web SAS 33,22 65,48% 2,21 0,39 23
Mixicom 30,26 100% 8,57 1,08 28
Tradematic  18,62 50,77% 3,26 0,55 NA
Lincom 12,86 100% 4,7 0,27 2,7
Scimob 10,73 65,43% 2,89 0,5 5,7
Semantiweb 9,1 91,90% 0,42 0,1 23,8
Cote Cine Group 8,89 100% 4,1 -0,66 2,2
Groupe Confidentielles (750grammes) 6,01 61,50% 0,4 -1,6 24,4
Melberries 4,46 100% 1,2 -0,4 3,7
*Allociné, racheté par Fimalac, n'est pas pris en compte

L'étude des autres deals réalisés en 2015 confirme que Webedia ne regarde pas à la dépense. Les 91,90% de Semantiweb, un spécialiste de l'analyse des données conversationnelles qui a réalisé… 418 000 euros de chiffres d'affaires en 2015 sont valorisés 9 millions d'euros. Les 65,43% de Scimob, l'éditeur de jeux mobile à l'origine du succès de 94%, représentent plus de 10,7 millions d'euros alors que la société génère un chiffre d'affaires de 2,9 millions d'euros pour un résultat net plutôt modeste de 500 000 euros. Le groupe valorise également 6 millions d'euros les 67,32% de la holding du voyagiste en ligne, Easyvoyage. Enfin, les 65% de la société Talent Web SAS ,dont les youtubeurs stars, Squeezie, Cyprien et Norman, étaient actionnaires, pèsent eux 33 millions d'euros. La régie a réalisé à peine plus de 2,2 millions de chiffre d'affaires en 2015. 

Le monde du Web a eu beau nous habituer aux coefficients de valorisation les plus fous, ceux-ci ont de quoi donner le vertige, avec un Talent Web qui est valorisé plus de 23 fois son chiffre d'affaires et un Semantiweb qui tutoie le multiple de 24 fois son CA.

Les moyens de Webedia semblent sans limite, Marc de Lacharrière remettant au pot à chaque début d'exercice. On apprend ainsi que Webedia a souscrit à une augmentation de capital de près de 300 millions d'euros mi-janvier 2016, dont 290 millions d'euros provenaient de Fimalac.

33 millions d'euros pour 65% de Talent Web

Une goutte d'eau pour la holding de Marc de Lacharrière, depuis la cession pour 2 milliards de dollars des 30% qu'elle détenait dans l'agence de notation Fitch, mais de quoi permettre à Webedia de continuer ses emplettes. Le groupe est ainsi monté à 99,02% du capital de Semantiweb en janvier et a procédé à deux nouvelles acquisitions deux mois plus tard : 40,10% de Camp de Base, société spécialisée dans la valorisation des données marketing, et 51,65% de Surprizemi, un vendeur de box sur abonnement. Soit deux thématiques chères à Webedia : le food et le gaming. Des acquisitions dont on ne connait pas encore le montant mais qui, au vu des multiples auxquels nous a habitué Webedia et des chiffres d'affaires réalisés par les nouveaux venus en 2015 (1,2 million d'euros pour le premier, 2 millions pour le second), pourraient elles aussi s'élever à plusieurs millions d'euros. 

Toujours guidé par un duo Cédric Siré et Véronique Morali, qui cumule près de 740 000 euros de rémunération en 2015, Webedia ne ralentit donc pas son train. Loin de là.

 

Et toujours

 

Media / Webedia