Google lance son fonds pour l'innovation numérique de la presse

Créé pour une durée de trois ans, et doté d'un capital de 60 millions d'euros, le FINP va ouvrir officiellement aujourd'hui.

Arguant des importants bénéfices publicitaires réalisés par le géant américain grâce au référencement des sites de presse, des droits d'auteur avaient été réclamés par les organes de presse. Après discussions et interventions gouvernementales, un fonds d'aide a été finalement créé au début de l'année (Lire l'article "Google alimentera un fonds pour la presse française", du 01/02/13). Doté de 60 millions d'euros, il vise à aider le développement de l'activité de la presse sur le web.

Les projets pourront être déposés, dès aujourd'hui, sur le site du fonds, géré par Google et l'Association de la presse d'information politique et générale (AIPG). Les sites d'information ont jusqu'au 10 octobre pour déposer leur dossier. "Tout éditeur de site web d'information politique et générale" reconnu comme tel par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) (elle en recense 588) peut participer à l'appel à projets. "Cela comprend aussi bien, par exemple, les sites Web de médias nationaux ou régionaux que des pure players présents exclusivement en ligne", selon Google et l'AIPG.

Le projets doivent avoir été lancés après janvier 2013 et être innovants. "Le Conseil d'administration déterminera les projets sélectionnés et le  montant de leur financement sur la base de critères comprenant notamment  l'innovation, le business plan, l'impact potentiel du projet, les nouvelles offres créées pour les lecteurs, et la production originale de contenus  éditoriaux et journalistiques", commentent Google et l'AIPG.

Ludovic Blecher, ex-directeur numérique de Libération, est nommé directeur général du FINP. Les premiers projets, déposés d'ici au 10 octobre, seront examinés par le  conseil d'administration du FINP le 17 octobre. D'autres sessions suivront  d'ici la fin 2013.  

Innovation / Google