Les CFD, une classe d’actifs en plein essor en France

Les CFD (Contract For Difference) sont des instruments d’investissement appréciés par les particuliers pour leur profil attractif. Ils font figure d’actifs de diversification face aux actifs traditionnels. Ils démocratisent les techniques de trading actif, autrefois réservées aux professionnels.

Au moment où la taxe sur les transactions financières fait débat à l’échelle européenne et pourrait porter un coup supplémentaire aux placements boursiers, dont la cote d’amour s’est déjà bien étiolée en France après une décennie de contreperformances, les Contracts for Difference (CFD) semblent remporter l’adhésion des investisseurs particuliers.
C’est en tout cas ce que nous apprend la dernière étude d’Investment Trends, cabinet  international de conseil et de recherche financière. Selon les  derniers chiffres publiés sur la profondeur du marché des CFD en France, la progression est soutenue : le nombre d’investisseurs particuliers sur le Forex serait en hausse de 32 % sur un an  (à 20 500), tandis que celui sur les CFD aurait progressé de 22 % (à 19 500 « traders »). La « barrière » imposée  par le projet de loi sur la taxe sur les transactions financières, de la quelle les CFD restent exonérés, aurait favorisé le transfert d’environ 2 000 investisseurs nationaux en actifs boursiers traditionnels, vers les plateformes de trading spécialisées sur le Forex et les CFD. 

Le profil de ces nouveaux investisseurs ? Plutôt actifs, avec une appétence pour les solutions d’investissement en ligne et souvent initiés aux actifs dits « risqués » comme les actions, ou aux produits à effet de levier tels que les warrants et les turbos. C’est d’ailleurs dans cette deuxième catégorie que le potentiel de captation d’investisseurs est le plus conséquent pour les différentes plateformes de trading sur CFD. Il existe en France plus de 50 000 utilisateurs de warrants/turbos, dont plus de la moitié reste à « évangéliser ».

Le recours aux CFD apparaît comme un moyen pour les investisseurs de diversifier ou de dynamiser leur portefeuille de titres, par une approche plus active et plus immédiate, de trading à court terme. Et avec des coûts fixes relativement modestes, justifiés par le fractionnement du capital investi qu’implique l’effet de levier,  l’instrument permet d’investir aisément sur l’ensemble des actions françaises, américaines, chinoises… et tous types de devises ou de matières premières en temps réel. Les phases de corrélation entre classes d’actifs étant assez rares, accéder à un panier d’actifs diversifiés en un clic offre une protection bienvenue dans les phases baissières. Quant à la possibilité de vente à découvert, loin d’être nécessairement spéculative, cette pratique jusqu’à présent réservée aux initiés a pour avantage de procurer aussi une couverture à la baisse. En y recourant, les investisseurs particuliers peuvent protéger leur capital quand les marchés baissent, en vendant leur CFD sur indice ou sur valeur pour le racheter à prix inférieur et ainsi bénéficier de la différence de cours.   

Mais pour satisfaire l’engouement affiché par investisseurs, les plateformes se doivent de rivaliser d’innovations et de services auprès des internautes, pour capter des parts dans un marché assez fractionné. Il semblerait que les nouveaux utilisateurs de plateformes de trading sur CFD ou Forex, soient particulièrement attentifs aux efforts de pédagogie et d’accompagnement (webinaires et sessions de formation) permettant d’approfondir les techniques de trading. La preuve que même les investisseurs avertis, recherchent chez leur courtier en ligne une relation de proximité et sur mesure.

Autour du même sujet