6 alertes rouges à débusquer sur vos relevés de titres

Alertes sur relevés de titres Vous avez l'habitude de vérifier vos relevés de comptes courants mais pas votre portefeuille de titres ? Voici pourquoi il est peut-être temps de songer à y regarder de plus près.

Lisez-vous vos relevés de titres ?

Drew Horter, directeur des investissements chez Horter Investment Management, ne serait pas surpris que ce ne soit pas le cas. "Nous constatons que la plupart des gens lisent les deux premières pages pour voir si c'est à la hausse ou à la baisse, puis ils rangent leurs relevés", avoue-t-il. "Il est essentiel que non seulement vous les lisiez mais que vous soyez capables d'en comprendre le contenu".

Votre relevé de titres, qu'il soit envoyé par courriel ou par la poste au minimum une fois par trimestre, est le reflet de l'activité de votre portefeuille d'investissements. Et, confesse Drew Horter, si vous le lisez en entier, il se pourrait que vous voyez ces alertes rouges qui indiquent que votre conseiller ne prend pas les meilleures décisions.

1. Un actif qui ne correspond pas à votre tolérance au risque

Une des premières étapes clé qu'effectue un conseiller financier est de faire un test de tolérance au risque afin d'évaluer les paramètres de risques d'un client (combien d'argent il peut se permettre de dépenser ou est prêt à perdre), explique Drew Horter. "Comprendre le risque qu'un client veut prendre définira l'attribution", dit-il. Par exemple, un portefeuille risqué pourrait comprendre un plus grand pourcentage d'actions alors qu'un portefeuille traditionnel tendrait vers plus d'obligations. Si le mélange de titres dans le portefeuille (autrement connu sous le nom "d'actif") ne reflète pas correctement le risque que vous voulez prendre, il s'agit d'une alerte rouge.

2. Une allocation d'actifs qui n'a pas évolué au cours de l'année

Comme certains types d'investissements en dépassent d'autres et que les gains sont disproportionnels, votre portefeuille peut devenir déséquilibré et ne plus refléter ses attributs originaux. Cela signifie qu'il devrait être "rééquilibré". "Si une partie du portefeuille dépasse les autres, vous devez effectuer un rééquilibre", explique Drew Horter."Cela devrait être fait au moins deux fois par an".

3. Une attribution insuffisante d'obligations

Si les obligations de votre portefeuille ne comportent que des obligations des collectivités locales ou des obligations du Trésor, explique Drew Horter, vous devriez vous méfier. "Alors que l'échéance est un point important, il est également nécessaire de prendre en compte la qualité et la performance des obligations d'un portefeuille", ajoute-t-il. "Toutes les obligations ne sont pas les mêmes. La plupart des gens et des conseillers ne comprennent pas les risques liés aux obligations des collectivités locales ou du Trésor".

4.  Des transactions excessives

Connu également sous le terme de "faire tourner un compte" (afin d'accroître les courtages encaissés), Drew Horter affirme qu'un montant excessif de transactions (plus d'une vingtaine par mois), pourrait indiquer que le conseiller effectue des transactions pour avoir une commission au lieu de travailler au mieux des intérêts de votre portefeuille. "En général, regardez au verso de votre relevé et les quelques 10 dernières pages vous indiqueront tous les achats et toutes les ventes", explique-t-il.

5. Des frais aux justifications floues

"Toute prestation devrait être notée hors frais", confie Drew Horter. Si vous n'êtes pas sûr du montant que vous payez pour les frais, et pour quoi, assurez-vous de demander des précisions à votre conseiller.

6. Les pertes

Dans un relevé de titres, les parenthèses ou les moins indiquent les pertes. "Que s'est-il passé ? Pourquoi il y a-t-il des pertes" ? Drew Horter recommande de poser des questions. "La plupart des conseillers n'admettent pas être à l'origine des pertes, mais si vous savez que l'indice phare était à la hausse et que votre portefeuille présente des pertes, il y a quelque chose qui cloche". S'il y a des parenthèses, la meilleure chose à faire, conseille Drew Horter, est d'être conscients des tendances du marché". "Un client éduqué est le meilleur des clients. Il peut savoir si un conseiller est franc."

Si vous voyez une de ces alertes rouges, déclare Drew Horter, la première étape est de parler à votre conseiller de ce qui vous préoccupe. S'il ne peut pas lever vos inquiétudes, il est peut-être temps de commencer à chercher quelqu'un d'autre, préférablement un gestionnaire de compte fiduciaire, qui doit agir au mieux des intérêts de votre portefeuille. "C'est votre argent", rappelle-t-il. "Personne ne s'en occupera comme vous".


Article de Libby Kane. Traduction par Sylvie Ségui, JDN

Voir l'article original : 7 Red Flags To Look For On Your Financial Statements

Compte courant