Talentsoft lève 25 millions d'euros pour devenir un acteur mondial

Le spécialiste français de la gestion des talents en SaaS conclut sa levée auprès de Goldman Sachs. En ligne de mire : un développement mondial.

Goldman Sachs Merchant Banking Division injecte 25 millions d'euros dans l'éditeur français Talentsoft. C'est la première fois que la célèbre banque d'investissement américaine apporte son soutien à un acteur européen du cloud. Positionné sur le créneau de la gestion des talents en mode SaaS, Talentsoft anticipe un chiffre d'affaires de 29 millions d'euros sur 2015, contre 14 millions d'euros en 2013. Le but de la levée ? "Transformer Talentsoft en un acteur global qui ait la capacité d'offrir une alternative plus innovante à SAP ou Oracle", répond Jean-Stéphane Arcis, PDG et co-fondateur de Talentsoft. En ligne de mire, l'objectif est désormais de passer le cap des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2018.

5 millions d'utilisateurs dont la majorité basés hors de France

Les trois fondateurs de Talentsoft. De gauche à droite : Joël Bentolila, directeur technique,  Jean-Stéphane Arcis, PDG, et Alexandre  Pachulski,  DG Produits. © Talentsoft

En comprenant la nouvelle opération, Talentsoft a levé au total 51 millions d'euros depuis sa création en 2007. A hauteur de 15 millions d'euros, son précédent tour de table, conclu en 2013, lui avait permis de se lancer au niveau européen. "Grâce à cette opération, nous avons pu réaliser un certain nombre de déploiements majeurs, couvrant plusieurs pays, pour des grands groupes, parmi lesquels Safran, Ingenico ou Bolloré", égraine Jean-Stéphane Arcis.

France, Angleterre, Allemagne, Hollande, Suisse... Couvrant actuellement 22 langues, Talentsoft a ainsi appris à intégrer les réglementations et bonnes pratiques RH locales du vieux continent. "Si nous sommes capables de gérer un marché aussi disparate que l'Europe en termes de pratiques RH, nous sommes mûrs pour passer à l'échelle mondiale", ajoute Jean-Stéphane Arcis. "Nous comptons 800 entreprises clientes, et 5 millions d'utilisateurs dont une majorité sont basés hors de France."

Le cap des 500 collaborateurs est évoqué pour 2018

Pour soutenir son plan de développement, Talentsoft table sur la création de 120 postes. Ce premier plan de recrutement, qui concernera à la fois les équipes commerciales, de mise en œuvre et de support, contribuera à hisser les effectifs de la société à 420 personnes d'ici fin 2016. Pour la suite, le cap des 500 collaborateurs est évoqué pour 2018. Quant à la R&D, qui compte actuellement 100 développeurs, elle restera basée en France.

Une démarche de cloud hybride pour plus de souplesse

Côté infrastructure, Talentsoft a opté pour une démarche de cloud hybride. L'éditeur héberge en effet son offre sur le cloud de Microsoft, ce qui lui permet de se déployer rapidement sur plusieurs plaques géographiques - Amérique, Europe et Asie-Pacifique. Mais dans le cas où ses clients auraient besoin d'un stockage plus localisé, Talentsoft a aussi conçu sa propre infrastructure privée, en partenariat avec Dell, qu'il héberge en colocation dans des data centers de Telecity. C'est le cas en France, en Allemagne ou en Hollande. "Nous sommes dès lors tout à fait capables de déployer cette infrastructure dans d'autres pays", précise Jean-Stéphane Arcis.

A court terme, Talentsoft compte renforcer sa présence en Angleterre, créer une filiale aux Etats-Unis, mais aussi déployer une équipe à Singapour - notamment en vue de pouvoir assurer "un support global". Le produit va aussi encore évoluer, avec à la clé trois axes d’innovation privilégiés : "le renforcement d'un HR Analytics 100% intégré, du sourcing, avec l’adoption et l’intégration d’Hello Talent à la solution, et le déploiement d’applications de gestion de carrière pour permettre aux employés de piloter leur développement professionnel." Enfin, les fonctionnalités de collaboratif social sont en ligne de mire : gestion sociale du recrutement, des feedbacks RH, de la formation...

SaaS / SIRH