Microsoft porte SQL Server sur Linux pour mieux concurrencer Oracle

Une déclinaison pour Linux de la base de données est lancée en bêta. Disponible pour Ubuntu, elle devrait être à terme étendue à d'autres distributions. Son lancement en version finale est annoncé pour mi-2017.

Microsoft porte SQL Server sur Linux (lire le post de cette annonce). Une déclinaison de la base de données pour l'OS open source vient d'être livrée en préversion. Pour l'heure, elle se limite à la distribution Ubuntu (une image Docker de SQL Server pour Ubuntu est téléchargeable). Microsoft a d'emblée indiqué vouloir étendre cette déclinaison à d'autres distributions. Red Hat Enterprise Linux (RHEL) est notamment évoqué. Ce qui n'est pas une surprise compte-tenu du partenariat conclu par Microsoft avec le spécialiste de l'open source fin 2015. Un accord qui prévoit notamment l'optimisation de REHL pour le cloud Azure de l'éditeur (en complément d'Ubuntu, CentOS, Oracle Linux, Suse Linux Enterprise et openSUSE).

La disponibilité de SQL Server pour Linux en version finale est annoncée pour mi-2017.

Une version limitée fonctionnellement

C'est une nouvelle étape dans la stratégie d'ouverture de Microsoft vers les technologies open source. Une démarche initiée historiquement par le patron du groupe Satya Nadella sur le front du cloud, mais qui semble bien s'accélérer depuis un peu plus d'un an. "SQL Server pour Linux va permettre de délivrer une plateforme de données cohérente entre Windows Server et Linux, à la fois sur les périmètres on-premises et cloud", commente Scott Guthrie, vice président exécutive de l'activité Cloud & Enterprise de Microsoft.

Reste que cette version ne reprendra pas l'intégralité des possibilités du SQL Server historique. Elle ne proposera que "les fonctionnalités principales de base de données relationnelles", précise un porte parole de Microsoft fans les colonnes de Zdnet.com. Il n'en demeure pas moins une volonté du groupe informatique américain d'étendre son positionnement sur le terrain des serveurs de données... avec en filigrane l'objectif assez net de venir concurrencer plus frontalement le leader du domaine : Oracle.

A lire aussi :

Serveurs / Microsoft