Une démarche "green IT"

Les baies de serveurs sont rangées par POD dans lesquels de l'air frais est injecté. Les allées fermées affichent ainsi une température entre 16 et 17°C. L'air chaud résultant de l'activité des serveurs est évacué par l'arrière et refroidi avant d'être réinjecté à l'avant. Il faut deux fois plus d'énergie pour faire fonctionner le data center que pour faire tourner les serveurs eux-mêmes, "ce qui revient à un assez bon indice de rentabilité", note Eric Arnoux, directeur du centre d'ingénierie de la performance.
 
©  Cécile Debise/JDN