Passage à Windows 10 : Microsoft promet de ne plus forcer la main

Face à la multiplication des critiques, l'éditeur a annoncé vouloir clarifier le dispositif de migration vers Windows 10 proposé aux utilisateurs de Windows 7 et Windows 8.1.

Microsoft compte assez profondément revoir le processus de mise à jour vers Windows 10 poussé aux utilisateurs de Windows 7 et Windows 8.1. Un processus qui, rappelons le, s'inscrit dans le cadre d'une offre de migration gratuite vers Windows 10 proposée à ces mêmes utilisateurs jusqu'au 29 juillet prochain.

Face aux nombreuses critiques lui reprochant de forcer les utilisateurs à migrer vers son dernier OS, le groupe de Redmond a annoncé lundi dernier l'introduction d'un mode de mise à jour qui se veut plus transparent. "La nouvelle expérience propose un choix plus clair entre l'option d'une mise à jour immédiate ou planifiée à une heure choisie, et la possibilité de refuser l'offre gratuite", explique Terry Myerson, vice président Windows et terminaux chez Microsoft. 

Fermer la fenêtre de mise à jour... ne déclenchera plus une mise à jour planifiée

Les principales critiques dénonçaient la multiplication des alertes poussées par Microsoft sur les PC Windows 7 et Windows 8.1 en vue d'inciter à passer à Windows 10. Était également pointée du doigt une modification de ces fenêtres de notification depuis quelques semaines : leur fermeture (en cliquant sur la X de leur boîte de dialogue) ne mettait plus un terme au processus, mais planifiait la mise à jour - en quelque sorte à l'insu de l'utilisateur.

Désormais, "Si la X rouge est sélectionnée dans la nouvelle boîte de dialogue, cela annulera le mécanisme, et une nouvelle notification pourra être envoyée sur l'appareil quelques jours après", précise Terry Myerson. Le dispositif devrait par conséquent devenir moins intrusif. En revanche, Microsoft continuera à transmettre régulièrement des messages d'incitation. Le groupe indique par ailleurs avoir mis en place un service de support pour les personnes rencontrant des problèmes lors du passage à Windows 10

Cette information intervient deux jours après que Microsoft ait été condamné à verser 10 000 dollars à une utilisatrice de Windows suite à une mise à jour non souhaitée de son PC vers Windows 10.

A lire aussi : 

Microsoft / Windows 10