Anaplan va développer son moteur d'intelligence artificielle en France

Le spécialiste américain de la planification stratégique en mode SaaS a décidé de confier à son centre de R&D parisien le développement de ses futurs composants de machine learning et de statistiques prédictives.

Star américaine de la planification stratégique en mode SaaS, Anaplan a décidé d'intensifier ses investissements en France. La société est présente dans l'Hexagone depuis 2012, année de l'ouverture de son bureau à Paris. Début 2015, l'éditeur inaugurait un centre de R&D au cœur de la capitale. Ce département d'ingénierie, qui compte une quinzaine de personnes, planchait déjà sur l'intégration de l'offre d'Anaplan à des applications tierces, comme Excel par exemple. Mais également sur des scénarios d'analyse prédictive. "Nous prévoyons de renforcer notre équipe parisienne sur ce second volet. Nous souhaitons désormais dédier notre centre de R&D français au développement des futures fonctionnalités d'intelligence artificielle de notre offre", confie au JDN Michael Gould, CTO et fondateur d'Anaplan.

Anaplan recrute au sein de l'école mathématique française

Michael Gould est le directeur technique et fondateur d'Anaplan. © Anaplan

Anaplan n'est pas le premier acteur IT américain à implanter en France une unité de R&D dédiée à des projets d'intelligence artificielle. L'année dernière, Facebook a annoncé l'ouverture à Paris d'un centre de recherche consacré aussi à ce domaine. Il est dirigé par Yann LeCun, ponte français de la discipline. D'ailleurs, il ne s'agit pas du seul français à diriger la R&D d'un groupe américain centrée sur l'intelligence artificielle. C'est aussi le cas de Jérôme Pesenti qui, lui, est à la tête des 300 ingénieurs en charge de développer le supercalculateur Watson d'IBM.

"Nous sommes dans la même dynamique que ces acteurs. L'école mathématique française est réputée dans le monde entier. Il y a beaucoup de profils scientifiques et informatiques de haut niveau ici. D'où le choix de cette implantation", confirme Michael Gould. Sur un total de 650 salariés, Anaplan compte près de 120 ingénieurs en recherche et développement. Aux côtés de l'effectif parisien, 70 sont basés à York en Angleterre et 30 au siège de la société, à San Francisco. Anaplan consacre actuellement environ 25% de son chiffre d'affaires à la R&D.

De multiples composants de calcul développés en France

Certes, Anaplan intègre déjà un moteur de calcul, avec un premier niveau d'analyse statistique. Mais la société souhaite aller plus loin sur ce terrain. "Notre objectif est d'intégrer des possibilités de statistique prédictive et de machine learning", confie Michael Gould. Le CTO d'Anaplan évoque, aussi, la méthode de simulation de Monte-Carlo, notamment utilisée dans la gestion des risques financiers. Autre élément d'algorithmie avancée inscrit à la feuille de route de l'éditeur : l'ajout de composants d'optimisation. "Ils pourront par exemple être utilisés dans la gestion de la chaîne logistique ou de la fabrication, pour optimiser les opérations et les coûts", indique Michael Gould.

Une couche d'intelligence artificielle orientée vers la simulation stratégique

Et le CTO d'Anaplan de résumer : "ces travaux visent tous à injecter de l'intelligence artificielle dans nos produits. Une intelligence que nous voulons mettre à la portée des analystes business. Nous souhaitons faire en sorte qu'ils puissent manipuler eux-mêmes les règles et les calculs utiles à leur métier, sans pour autant devoir entrer dans les rouages techniques des méthodes statistiques et d'apprentissage."

Tous ces composants d'intelligence artificielle, qui viendront se greffer sur le moteur de calcul historique d'Anaplan, seront développés et intégrés par le centre de R&D parisien. Dans le cadre de ce projet, le groupe ne communique pas, pour l'heure, sur un nombre de recrutements précis, l'objectif étant avant tout d'embaucher des profils d'ingénieur français de haut niveau.

SaaS / Machine Learning