Supercalculateurs : les Etats-Unis dépassent les 27 pétaflops

Les Etats-Unis confirment leur retour en force en tête du classement des supercalculateurs. La France, en dépit du nouveau cluster du CEA, sort du top 10.

En juin dernier, les Etats-Unis avaient ravi au Japon la première place du classement mondial des supercalculateurs les plus puissants. Dans le classement de top500.org de novembre, ils confirment leur domination avec un Cray. Baptisé Titan, le cluster de calcul a été mis en production par le laboratoire national d'Oak Ridge. Principalement centré sur la recherche dans le secteur de l'énergie, le centre de recherche occupait déjà la tête du précédent palmarès avec son Sequoia, un supercalculateur IBM atteignant en crête les 20 pétaflops. 

Le laboratoire d'Oak Ridge affiche désormais une puissance pouvant aller jusqu'à 27 pétaflops. C'est-à-dire 27 quadrillion d'opérations à virgule flottante par seconde. Les autres acteurs du top 10 progressent également, mais dans une moindre mesure. Pour preuve, le KComputer japonais (fourni par Fujitsu) - qui était resté en tête de juin 2011 à juin 2012 - est relégué à la troisième place, avec toujours 11,2 pétaflops. Quant à la France, elle sort de ce top 10. A la 9ème place en juin 2012, le supercalculateur Bull du Très Grand Centre de Calcul (TGCC) opéré par le CEA est rétrogradé à la 11ème position, affichant encore 1,6 pétaflops en crête. 

Le secret des supercalculateurs dépassant les 10 pétaflops ? Il consiste à combiner calcul classique par CPU (traditionnellement utilisé par ce type de plate-forme), et GPU (exploitant les processeurs graphiques). Le meilleur exemple de cette technique est illustré par le premier supercalculateur du classement. Le Titan combine 18 500 GPU NVIDIA avec 300 000 cœurs CPU. "Le GPUs représente 90% de la performance informatique global de Titan", explique le laboratoire d'Oak Ridge. "Ce supercalculateur est en fait une évolution d'un supercalculateur baptisé Jaguar", qui pointait auparavant à la 6ème place du classement - avec 2,6 pétaflops. La technologie GPU a ainsi permis d'en multiplier les performances de calcul par 10, et par 5 les performances énergétiques.

Classement des supercalculateurs en novembre 2012
Classement par paysTechnologieCoeursPerf en crête en TflopsKW
Source : top500.org
1 - Etats-Unis (DOE, SC et ORNL)Cray : Titan Cray XK7, Opteron 6274 16C 2.200GHz560640271138209
2 - Etats-Unis (DOE, NNSA, et LLNL)IBM : Sequoia - BlueGene/Q, Power BQC 16C 1.60 GHz1572864201337890
3 - Japon (RIKEN AICS)Fujitsu : K computer, SPARC64 VIIIfx 2.0GHz7050241128012660
4 - Etats-Unis (DOE, SC et ANL)IBM : Mira BlueGene/Q, Power BQC 16C 1.60GHz786432100663945
5 - Allemagne (FZJ)IBM : JUQUEEN BlueGene/Q, Power BQC 16C 1.600GHz39321650331970
6 - Allemagne (Leibniz Rechenzentrum)IBM : SuperMUC iDataPlex DX360M4, Xeon E5-2680 8C 2.70GHz14745631853423
7 - Etats-Unis (TAC et Univ. of Texas)Dell : Stampede PowerEdge C8220, Xeon E5-2680 8C 2.700GHz2049003959
8 - Chine (NSC de Tianjin)NUDT : Tianhe-1A NUDT YH MPP, Xeon X5670 6C 2.93 GHz18636847014040
9 - Italie (CINECA)IBM : Fermi BlueGene/Q, Power BQC 16C 1.60GHz1638402097822
10 - Etats-Unis (IBM Engineering)IBM : DARPA Trial Subset Power 775, POWER7 8C 3.836GHz6336019443576
11 - France (CEA)Bull : Curie thin nodes Bullx B510, Xeon E5-2680 8C 2.700GHz7718416672251
12 - Chine (NSC à Shenzhen)Dawning : Nebulae Dawning TC3600 Blade System, Xeon X5650 6C 2.66GHz12064029842580
13 - Etats-Unis (NCAR)IBM : Yellowstone iDataPlex DX360M4, Xeon E5-2670 8C 2.600GHz7228815041437
14 - Etats-Unis (NASA, ARC et NAS)SGI : Pleiades SGI ICE X/8200EX/8400EX, Xeon 54xx 3.0/5570/5670/E5-2670 2.93/2.6/3.06/3.0 Ghz12598017323987
15 - Japon (IFERC, EU(F4E))Bull : Helios Bullx B510, Xeon E5-2680 8C 2.700GHz7056015242200

Etats-Unis / Supercalculateur