Les DSI français se tournent en masse vers le Big Data

Les sociétés françaises initient de plus en plus de projets dans les mégadonnées. Dixit le dernier Baromètre de la transformation digitale JDN / Club Décision DSI.

Les résultats du dernier Baromètre de la transformation digitale JDN / Club Décision DSI / IT Research sont formels : les entreprises et administrations françaises se tournent de plus en plus vers le Big Data. Les DSI français sont désormais 23% à avoir lancé ou finalisé des déploiements sur ce terrain, contre 12% il y a un an.

Parmi les décideurs IT français n'ayant pas encore engagé de projet dans le Big Data, de plus en plus s'intéressent à ses potentiels apports : 54% des répondants à notre enquête affirment ainsi planifier le lancement d'au moins un projet en matière de Big Data ou, à minima, avoir déjà initié une étude d'analyse de besoins dans ce domaine.

Indicateur tiré du dernier Baromètre de la transformation numérique JDN / Club Décision DSI / IT Research.  © JDN

Le cloud : un bon moyen pour déployer le Big Data

Sur les quelque 300 décideurs informatiques français consultés dans le cadre de cette nouvelle édition du baromètre (tous membres du Club Décision DSI), 54% estiment les offres de cloud public désormais suffisamment matures pour supporter une plateforme de Big Data.

A la question de savoir si le SaaS est une solution réaliste en matière de Business Intelligence, 50% des cadres interrogés répondent, aussi, par l'affirmative. Près d'un quart des sondés indiquent d'ailleurs avoir d'ores et déjà mis en œuvre des solutions d'analyse décisionnelle en mode cloud.

Indicateur tiré du dernier Baromètre de la transformation numérique JDN / Club Décision DSI / IT Research.   © JDN

L'in-memory pour une analyse plus réactive

Sur le front du Big Data, plusieurs grands types de technologie cohabitent. Les bases NoSQL et les frameworks de calcul distribué (comme Hadoop) figurent parmi les plus célèbres. Au-delà de ces deux briques, une troisième catégorie de solution peut, aussi, venir compléter une plateforme d'analyse de données en masse : les serveurs en mémoire (in-memory). Popularisées par des acteurs comme Oracle ou SAP, ces machines sont conçues pour accélérer les temps de traitement. Aux côtés des objectifs d'un projet Big Data en matière de Volume et de Variété de données, elles viennent répondre à la problématique de la Vélocité, soit le troisième pilier de la règle des trois V du Big Data. Les décideurs IT interrogés dans le cadre de notre baromètre pourraient-ils envisager de recourir à l'in-memory pour accélérer l'analyse des données métier ? A cette question, 73% d'entre eux répondent par l'affirmative.

Indicateur tiré du dernier Baromètre de la transformation numérique JDN / Club Décision DSI / IT Research.  © JDN

Méthodologie : les indicateurs publiés dans cet article sont issus d'une enquête réalisée en avril et mai 2016 auprès de 318 membres du Club Décision DSI. Fondé en 2007, le Club Décision DSI compte 1200 membres. Il s'agit de décideurs informatiques (DSI, DOSI, directeurs techniques...) d'entreprises basées en France et issues des principaux secteurs d'activité (services, distribution, santé, industrie, secteur public, banque et finance, énergie...). Ils travaillent pour des organisations d'au moins 300 salariés et pouvant atteindre plus de 5000 personnes.

SaaS / Cloud public