L'Open Source, vecteur d'innovation pour l'Etat

Après la Circulaire Ayrault, les premiers Etats-Généraux de l'Open Source ont confirmé la place incontournable de l'Open Source dans l'écosystème du numérique en France.

Les premier Etats-Généraux de l'Open Source ont été inaugurés lundi 21 janvier, sous le haut patronage de Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique. Ils ont pour objectif d'insuffler une nouvelle dynamique dans ce secteur, et donner les moyens à toutes les sociétés faisant partie de l'écosystème, des plus fragiles aux plus établies, de devenir des acteurs de référence.

"L'Open Source est un vecteur d'innovation et de changement, un gisement de productivité et de compétitivité. C'est pour cela que je souhaite que la France continue de jouer un rôle moteur dans le développement de ce secteur", a fait savoir Fleur Pellerin.

Organisés par la comité Open Source du Syntec Numérique, sous la houlette de ses deux co-présidents Alexandre Zapolsky (Linagora) et Michel Isnard (Red Hat), ces premiers Etats-Généraux de l'Open Source ont confirmé, quelques mois après la Circulaire Ayrault, la place prise par l'Open Source et le logiciel libre dans l'économie numérique en France. Pour Guy-Mamou-Mani, président du Syntec Numérique, "il est désormais impossible de ne pas intégrer aujourd'hui l'Open Source dans le Numérique".

Après la tenue hier de plusieurs tables rondes et séances plénières ayant permis de dégager des axes de développement de la filière (modèle de valeurs pour l'Open Source, aides innovantes au financement...), des ateliers thématiques et participatifs seront organisés entre les mois de février et juin 2013. Avant de déboucher sur une convention nationale de synthèse des ateliers, et des propositions d'actions en septembre 2013. 

Innovation / PME