Les DSI face aux exigences de la génération Y

Si les nouvelles générations affichent une affinité particulière pour le numérique, elles mettent à l'épreuve DSI et éditeurs avec des besoins sortant des sentiers battus.

La consumérisation du numérique est désormais une tendance de fonds connue, mais les conséquences de cette démocratisation des nouvelles technologies le sont moins. Une étude Ipsos vient justement illustrer ce mouvement qui va bouleverser entreprises, et donc DSI, mais aussi éditeurs.

 

Démocratisation de l'informatiques

 

C'est un fait désormais établi : la maîtrise des technologies numériques est désormais acquise en dehors du travail. Plus de 70% des actifs commencent désormais à utiliser d'abord les technologies dans leur vie privée avant de les appliquer dans leur univers professionnel, précise cette étude d'Ipsos commandée par Microsoft. C'était auparavant l'inverse.

Un tel mouvement est lié à la démocratisation des outils informatiques, qui s'est faite ces 30 dernières années, accompagnant ainsi toute une génération "Y" née après 1980,  qui arrive aujourd'hui dans le monde du travail en maitrisant sur le bout des doigts toutes les subtilités d'Internet. Une génération qui est également rompue aux smartphones.

 

L'évidence du numérique : un atout pour la génération Y, un défi pour les entreprises

 

C'est un atout incontestable pour cette génération. Ipsos indique que plus l'apprentissage a lieu dans la sphère personnelle, plus la maîtrise de l'outil est élevée.  "Quand ils ont déjà utilisé dans leur vie privée des technologies avant de les utiliser au travail, les actifs affirment en avoir retiré un plus grand confort de travail dans 53% des cas, une plus grande efficacité pour 49% d'entre eux. 10% ont même pu s'appuyer sur ces nouvelles compétences pour évoluer vers d'autres fonctions ou un autre poste", révèle l'étude.

 

"L'accès aux technologies est devenu un critère décisif dans les choix professionnels"

Si cette aisance est un avantage certain pour cette génération, elle peut aussi l'être pour l'entreprise. Mais, cette dernière doit également être à la hauteur des attentes de ces jeunes, qui ne sont pas minces.

 "96% des étudiants n'imaginent pas travailler sans accès à Internet. 79% des étudiants équipés d'un smartphone n'imaginent pas travailler sans ce terminal. 45% des actifs pourraient même chercher un autre emploi si celui qu'ils occupent actuellement ne leur permettait pas d'accéder à certaines technologies jugées indispensables, au premier rang desquelles le PC et Internet", indique l'étude.  

 

"Il est intéressant de noter que l'accès aux technologies est devenu un critère décisif dans les choix professionnels des actifs et des futurs actifs : l'entreprise de demain devra tenir compte de l'engouement et des attentes de plus en plus précises des salariés", note Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos, au sujet de cette étude.

 

Une génération qui va poser de nouveaux problèmes aux DSI

 

"Entre deux propositions de travail, les membres de cette génération pourront également préférer l'entreprise qui leur propose le poste assouvissant le mieux leur faim sur le plan numérique", ajoute Mathieu Doiret, directeur de clientèle d'Ipsos en charge de l'étude. Ce dernier admet clairement que "les sociétés doivent anticiper" l'arrivée de cette génération.  En outre, elle pourra poser des problèmes aux DSI car elle souhaitera souvent non seulement disposer des mêmes outils dans l'entreprise qu'au domicile, mais aussi les mêmes applications.

 

"Finalement, la seule chose qu'elle n'attend pas, c'est le cloisonnement entre les outils dont elle se sert chez elle, et ceux utilisés dans l'entreprise", poursuit  Mathieu Doiret. Sans surprise en effet, l'étude note que "les attentes sont fortes en matière de compatibilité entre les logiciels et applications (84%), mais aussi d'interopérabilité (80%), c'est-à-dire la capacité de se connecter et de fonctionner avec d'autres systèmes sans restriction."

 

Une génération qui va aussi défier les éditeurs

 

Les éditeurs l'ont bien compris. Microsoft n'est pas mal placé pour le savoir. "Auparavant dans l'entreprise, les terminaux se résumaient à des PC, avec une prédominance d'une seule plate-forme. Aujourd'hui, les parcs sont plus hétérogènes, avec des smartphones tournant sous différents OS, et bientôt des tablettes avec autant de systèmes d'exploitation", explique Nikolaz Foucaud, directeur marketing entreprise de Microsoft. Pour l'éditeur, au cœur de cette problématqiue, la solution est déjà toute trouvée : Cloud Computing, et boutique d'applications accessibles depuis toutes les plates-formes.

 

Ces bouleversements de l'informatique en entreprise, engendrés par la consumérisation de l'IT et portés par la génération Y et ses attentes, vont donc aussi impacter la R&D des éditeurs. Chez Microsoft, Nikolaz Foucaud constate également que des produits pensés pour l'entreprise ou le grand public commencent à se ressembler. Il cite deux exemples : Lync (pour l'entreprise) et MSN (pour le domicile) ou encore Sharepoint et Skydrive.


 

L'étude rappelle d'ailleurs que les futurs actifs sont d'ailleurs encore plus en demande que leurs aînés en ce qui concerne l'accès aux plates-formes collaboratives. En effet, ils sont 15% à affirmer qu'ils souhaiteraient disposer au travail de tels environnements collaboratifs (contre 9% parmi les 35 ans et plus).

Ipsos / DSI