Un site Internet pour promouvoir l'apprentissage

L'apprentissage en entreprise pour les jeunes bénéficie d'un plan d'urgence depuis avril 2009, et maintenant d'un site Internet tout neuf, permettant entre autres de valoriser ce type de formation.

Le secrétaire d'Etat à l'emploi, Laurent Wauquiez, a lancé une plate-forme Internet pour faire découvrir l'apprentissage aux jeunes, aux enseignants et aux professionnels.

Le contrat en alternance permet de combiner travail en entreprise et formation. Au niveau de la rémunération, le jeune est récompensé à hauteur d'un pourcentage du Smic, souvent fixé selon le niveau d'étude.

site
Le site dédié à l'apprentissage © Le Ministère de l'Economie

La promotion de l'apprentissage

Afin de mieux faire connaître l'apprentissage et de trouver les méthodes pour le développer, le site Internet se présente comme une vitrine du gouvernement pour permettre à un jeune d'apprendre un métier au sein d'une entreprise et de suivre des cours théoriques.

Ce site recueillera aussi les témoignages des apprentis, de leurs chefs d'entreprise mais aussi des directeurs des ressources humaines pour favoriser l'exposition de ce type de métier et son développement. Ils pourront se faire par messages écrits ou par vidéos. L'opération n'est pas une annonce sans conséquence puisque l'objectif est de former un jeune sur cinq d'ici 2015.

C'est une manière de relancer l'apprentissage, en berne ces dernièrs mois avec la crise. En effet, les offres ont baissé de 38% entre janvier et juin 2009 par rapport à 2008. Les grandes entreprises réduisent les postes dédiés à l'alternance et beaucoup de PME ont au mieux gelé les embauches. Ainsi il sera difficile pour Laurent Wauquiez d'atteindre ses objectifs, sans même espérer revenir au chiffre de 429 000 jeunes formés en 2008.

Les patrons réceptifs ?

 

Cette initiative est coûteuse, d'un montant de 1,3 milliard d'euros, et découle du plan d'urgence d'avril 2009 créé pour diminuer les charges des entreprises et accorder une prime de 1 800 euros en cas d'embauche d'un apprenti.

Si le secrétaire d'Etat souhaite faire découvrir l'apprentissage à un total de 320 000 jeunes par an, il semblerait pourtant que les chefs d'entreprise le revendique déjà.

En effet, selon un sondage Ipsos, plus de la moitié des chefs d'entreprise déclare employer des jeunes en apprentissage. Reste que pour le moment, un jeune sur quatre est au chômage, et la tâche de Laurent Wauquiez n'en est que plus difficile. Rappelons que l'avantage pour les entreprises d'engager des jeunes en apprentissage est double. Outre l'aide financière de l'Etat, la formation est professionnalisante et elle permet à l'entreprise qui souhaite embaucher un temps d'adaptation à moindre coût.

Autour du même sujet