Le search marketing, un marché international ultra-spécialisé

Le travail du référenceur est en perpétuelle évolution, directement influencé par les problématiques et les technologies Web utilisée, par les investissements consentis par les annonceurs et principalement par les moteurs de recherche.

Sommes nous sur un marché mature ?

Les solutions proposés aux annonceurs sur le marché du on line sont multiples. Avec le retour en grâce de l’Internet, l’apparition de modèles économiques rentables rend le marché beaucoup plus dynamique. Les annonceurs peuvent lancer des campagnes d’emailing, faire du référencement, de l’affiliation, du marketing viral…

Est-ce pour autant que ce marché est mature, rien n’est moins sûr. Les sites marchands, bien évidemment ont identifié les moteurs de recherche depuis longtemps pour la qualité et le volume du trafic fourni et constatent que ce sont ces moteurs de recherche qui leur apporte le meilleur retour sur investissement.

Néanmoins, nous sommes encore loin des montants investit en Angleterre et des coûts au clic constatés. Sur un marché d’enchères, on peut prévoir une hausse significative du prix au clic moyen tant que le niveau plafond de rentabilité, le point mort, n’est pas atteint. D’autre part, si l’on analyse chacun des principaux marchés européens : Angleterre, Allemagne et France pour les principaux, l’on constate que les pratiques et solutions utilisées sont différentes et font états d’un niveau de maturité inégal.

Les annonceurs ont découvert les possibilités de gains mais nous en sommes au début…d’autant que les sites médias commencent seulement à investir sur les moteurs de recherche et que les annonceurs traditionnels font leurs premiers pas sur le Net.

D’autre part, la maturité du marché dépend des orientations prises par les moteurs de recherches. Ce sont eux qui orientent le marché. Ils ont la capacité et la puissance de couvrir la totalité de l’Internet. Maintenant leur objectif est de l’organiser de telle façon à offrir toujours plus de pertinence pour monétiser leur audience, d’où la nécessité d’être un spécialiste pour anticiper, couvrir et suivre les possibilités offertes…


Peut-on se passer de technique en référencement ?

Les problématiques et les technologies mises en avant par nos clients : sites dynamiques, vidéos, flash, ajax cf.web 2.0 complexifient l’approche du référencement. L’exigence en terme de déontologie et de pratiques des moteurs de recherche pousse l’ensemble du marché vers toujours davantage de professionnalisation. Il n’est pas possible de concevoir un référencement naturel sans une parfaite intégration des solutions préconisées avec les sites de nos clients et l’exigence de personnalisation née du web 2.0 ne simplifie rien, bien au contraire.

Développer et fournir des recommandations de SEO (search engine optimisation) exige de la part de nos équipes de fournir un accompagnement à l’intégration. Il n’est plus raisonnable de livrer des recommandations sans les suivre et accompagner leur bonne intégration sur le site.

Alors, pour résumer, plus j’avance dans métier, plus je constate que nous devons en interne développer des réponses ultra-spécialisés en terme de référencement et très personnalisés. Pour être crédible, il devient absolument nécessaire d’avoir les équipes capables de fournir ce haut niveau de recommandations.

Cette exigence de technique devient elle aussi prépondérante dans le domaine des liens sponsorisés. Regardons l’évolution de Google : introduction du Quality Score qui analyse la pertinence du contenu sur les pages d’atterrissages du site clients, développement des API, lancement de Website Optimizer pour améliorer le taux de transformation sur les pages de destinations…notre rôle doit être celui d’un expert capable d’apporter encore plus de conseil sur la base de nos technologies propriétaires qui offrent à nos clients la possibilité d’optimiser le Retour sur Investissement.

Prédominance de google, moteurs généralistes / moteurs spécialisés

Google est dans une situation unique en Europe et cette position est le résultat d’une pertinence "hors du commun". Par sa capacité à indexer tous les contenus existants plus vite que les autres, et à fournir des résultats plus pertinents, Google continu d’ultra dominer le marché.

Paradoxalement, le volume n’est pas l’ennemi de la qualification puisque l’on assiste à la mise en avant de nouvelle présentation des résultats qui mixent vidéo, news avec chez Yahoo par exemple la mise en avant de son moteur de voyage et de comparaison sur certaines requêtes très demandées. Nous ne voyons pas de marché pour des moteurs spécifiques verticaux spécialisés.

Google et yahoo proposent déjà cela et à eux deux trustent 95 à 98% du marché de la recherche en France. En revanche, nous constatons que Google et Yahoo ont résolument décidés  de proposer une segmentation de leur résultat de recherche en présentant différents types de réponses.

Autour du même sujet