Une dynamique s'est créée autour d'un pôle de compétitivité logiciel libre avant les élections

Alors que l'APRIL s'inquiète de la position de Nicolas Sarkozy envers les logiciels libres, l'avenir de ces derniers doit encore être débattu.

Je ne ferai pas pour ma part de procès d'intention à la position de M. Sarkozy sur les logiciels libres en général. Certaines prises de positions me semblent même aller dans le bon sens : renforcer la pratique du développement logiciel dans l'enseignement, une claire liberté de choix de protection de l'inventeur, un double système d'offres commerciales groupées ou non, ou enfin lorsqu'il souligne la complémentarité grandissante du logiciel libre et du logiciel propriétaire.

Je suis également favorable à ne pas imposer aux administration un choix libre ou propriétaire. Le logiciel libre doit continuer à être adopté pour les qualités de son modèle de développement et de partage, ou pour les qualités intrinsèques de ses productions. Je ne pense pas judicieux et efficace de vouloir l'imposer.

D'autres sujets de fond sont en revanche plus délicats, de part la nature profonde du logiciel. C'est le cas du brevet logiciel. Toute analogie avec les autres formes de brevet me semble en effet dangereuse et en l'espèce breveter du logiciel pourrait avoir des effets de bord inverse de l'effet escompté en matière de dynamique d'innovation. Le débat européen évoqué par M. Sarkosy pour 2008 me semble donc indispensable et doit être bien préparé en effet.

Concilier l'interopérabilité, les mesures de protection techniques ou le droit à la copie privée me semble un autre sujet techniquement et juridiquement complexe et j'ai hâte d'assister aux premiers débats promis de bilan de mise en oeuvre de la loi DADVSI. Il se pourrait que les mises au point  ne soient pas cosmétiques.

Une dynamique importante s'est créée autour d'un pôle de compétitivité logiciel libre avant les élections. Il serait dommage que cette initiative s'essouffle. La France a du talent dans le domaine du logiciel, c'est certain. Dommage que ce talent s'exprime à l'étranger. Si nous ne faisons rien, la donne risque d'être la même pour le logiciel libre.

Cohabitation du libre et du propriétaire

Le logiciel libre crée un effet de commodité dans le monde du logiciel. La complémentarité entre les deux modèles est de plus en plus flagrante et je pense le restera. Le mouvement du logiciel libre loin de menacer le logiciel propriétaire, le pousse vers des terrains nouveaux. Ceux du métier de nos clients. Ceux de l'amélioration des processus de gestion, de l'amélioration de la productivité ou du service rendu. Les besoins sont énormes et les solutions restent à inventer.

Autour du même sujet