La sauvegarde en ligne en marque blanche : un créneau porteur, un ROI rapide

De plus en plus de PME optent pour la sauvegarde de leurs données en ligne. Les SSII l'ont bien compris et intègrent dans leur offre une solution de sauvegarde d'entreprise en marque blanche.

La marque blanche : une définition simple en guise d'introduction : celle figurant dans l'encyclopédie e-business du Journal Du Net : "Se dit d'une solution ou d'un produit cédé ou loué à une entreprise sur lequel cette dernière peut apposer sa propre marque et donc en revendiquer la paternité auprès de ses clients". Une définition qui est parlante.

En tapant "sauvegarde en marque blanche" sous Google ou un autre moteur de recherche, on constatera que les spécialistes de la sauvegarde (en ligne) revendiquent ce créneau.

Et il est certain que la sauvegarde en marque blanche intéresse les entreprises de services: ces sociétés de services en informatique industrielle veulent proposer à leurs clients des solutions complètes : vente de matériels, mais également des prestations telles qu'installation, formation, assistance, et maintenance du parc informatique global. La sécurité et la sauvegarde de données sont devenues naturellement une prestation indispensable pour ces intégrateurs.

Revendre une solution de sauvegarde en ligne en marque blanche est une solution idéale : la marque blanche permet de ne pas cumuler un risque technique (créer un produit efficace et fiable) avec un risque commercial (trouver l'acheteur).

Les avantages pour la SSII - revendeur : le prestataire réussit à proposer des solutions complètes, ce que recherche le client final. Elle n'a pas besoin d'avoir un savoir-faire dans la sauvegarde. Et encore mieux, elle n'a pas à investir dans des sommes élevées pour développer une solution, ni en assurer la maintenance.  Elle se concentre presque exclusivement sur la promotion commerciale du produit qu'elle appellera "son produit", personnalisé avec son logo et ses couleurs.
 
L'axe commercial : le revendeur garde sa propre stratégie commerciale. Il facture ses clients à sa convenance. Il a en général accès aux propres outils de communication de l'éditeur : documentation commerciale et technique au format original Word qu'il personnalise. Le revendeur peut aussi bénéficier gratuitement des conseils en communication pour ses propres actions marketing.

D'un point de vue technique : l'éditeur reste propriétaire de sa solution de sauvegarde qui continue à être améliorée au fil des ans pour répondre aux exigences des clients.

Le risque pour le revendeur : il n'est pas très élevé au vu des paragraphes ci-dessus. Le revendeur signe un contrat qui le lie avec l'éditeur pendant une période définie d'un commun accord (un an en moyenne). Il achète un volume de sauvegarde chez l'éditeur, qu'il partitionne à sa guise pour ses clients"finaux". Le revendeur ne se voit souvent facturé que les volumes réels utilisés.

Un bémol : le produit sous le nom du revendeur ne bénéficie pas d'une image de marque nationale. Il ne profite pas des campagnes de communication menées par l'éditeur. Il reste apparenté à un "petit produit" que lui seul propose.

L'avantage pour l'éditeur : son produit se vend à grande échelle, effet démultiplié, même dans l'ombre.

Autour du même sujet