La DSI dans une période mouvementée

A l'heure où l'environnement économique des sociétés est touché par la crise, la DSI doit plus que jamais jouer son rôle de direction de support aux métiers. A savoir : faciliter la concrétisation des impératifs de transformation et d'adaptation.

Dans ces temps ou l'environnement économique des sociétés se voit perturbé par la crise financière (inter)nationale, la DSI doit plus que jamais jouer son rôle de direction "support" aux métiers de l'entreprise. A savoir, jouer le rôle de facilitateur dans la concrétisation des impératifs de transformation et d'adaptation : "on ne vend plus ici, mais on vend là", "on ne vend plus comme-ci, mais on vend comme ça"...
 
Ce rôle de "support renforcé" ne se réalisera que dans l'accomplissement d'une compréhension plus subtile que jamais des enjeux métiers. Comprendre les enjeux métiers, c'est sûr, c'est le leitmotiv de toute DSI.  Mais la situation impose de comprendre, au-delà d'une imprégnation de surface du métier, les enjeux profonds qui fondent le moteur de l'entreprise :

- Le cap défini à court terme par la direction pour traverser cette période troublée, et les moyens de tenir ce cap,
- La situation réelle de l'entreprise dans son environnement métier, afin de déterminer rapidement les adaptations prioritaires,
- La situation réelle de l'entreprise dans son contexte macro économique afin d'envisager les perspectives de projets réalisables.

Rien n'est moins sûr aujourd'hui que la perspective d'un rétablissement du marché à court terme, et les prévisions les plus optimistes annoncent une période de 12 à 18 mois d'activité perturbée. Plutôt que de nier ce constat, la DSI doit à tout prix aligner son attitude dans le but d'aider l'entreprise à traverser cette étape.

Cette adaptation d'attitude de la DSI se manifeste majoritairement selon trois axes :
- L'accroissement de la disponibilité des équipes de la DSI,
- Le renforcement de la proximité avec les métiers,
- L'optimisation des moyens et l'agilité des ressources.

Un impératif de disponibilité accrue
. La disponibilité est bien entendu un des critères classiques d'appréciation de la DSI, mais dans la période que nous traversons, elle devient primordiale. En effet, les métiers ont pris l'habitude d'exprimer leurs besoins et d'être entendus et compris grâce à la disponibilité logistique et d'esprit de ses correspondants (DSI, AMOA, Chefs de projets...). Cela est vrai lorsque le besoin est maîtrisé, mais la donne est toute autre lorsque le métier lui-même ne maîtrise plus complètement son besoin. Ou tout du moins, face à la mouvance du marché, le métier ne sait plus anticiper ses besoins, et cherche à assurer une adhérence optimale à un marché devenu fou !

Concrètement, cette disponibilité doit se matérialiser par un renforcement de la proximité avec les métiers. C'est le moment de rapprocher les rencontres périodiques avec les correspondants métiers de l'entreprise. Il faut raccourcir les cycles d'échanges, et positionner le SI le plus en amont possible de la réflexion. L'informatique peut aider, maintenant, alors que le patrimoine en place est considérable, à fournir au métier  des réponses rapides aux besoins de transformation.

Mais qui dit réponse rapide peut vouloir dire entrave aux processus projets en place, bien souvent consommateurs de temps et d'énergie pour la beauté du geste. Hors là, il n'est pas question de perdre un instant, la crise n'attend pas ! Il est donc temps de sortir le plan B et d'assurer, dans l'optique de la proximité avec les métiers, une réelle agilité des ressources et des compétences. Cela nécessite par conséquent, en plus d'une bonne proximité avec les métiers, d'assurer une excellente proximité des équipes internes à la DSI.

L'optimisation des moyens, la collaboration entre les équipes, et le rapprochement des interlocuteurs sont réellement des facteurs de réussite des actions dans ce contexte mouvementé.

En outre, la littérature classique sur le SI décrit depuis plusieurs dizaines d'années le potentiel d'adaptation de l'informatique aux besoins des métiers, voire révèle les gains générés côté métier par le levier que constitue le SI. Il est massivement décrit comme un des éléments majeurs et stratégiques de l'évolution de l'entreprise... Il déploie force méthodes, pratiques, procédés, outils et standards pour s'imposer au métier comme relai incontournable de croissance...

Fi de l'état de l'art... Si l'informatique doit plus que jamais accomplir sa mission de soutien à l'entreprise, c'est maintenant !

Autour du même sujet