Le bulletin de paie électronique concernera environ 50 % des salariés de France d’ici 5 ans

La loi du 12 mai 2009, légalisant la dématérialisation du bulletin de salaire, a ouvert la voie à un nouveau marché, voué à un bel avenir. S'il ne concerne encore que quelques dizaines de milliers d’e-bulletins de paie par mois, ce chiffre devrait exploser dans les cinq ans.

Afin d'accélérer le développement du e-bulletin de paie, les opérateurs mettent en place des politiques d'accompagnement spécifiques auprès de l'entreprise et de ses salariés, pour les informer sur les avantages de la fiche de paie dématérialisée.

Les arguments ne manquent pas
: bulletins de paie sécurisés gratuitement et archivés pendant 50 ans dans un coffre-fort électronique® personnalisé, en un seul et même endroit et consultables 24h/24 et 7j/7, accès temporaire donné à un tiers pour des démarches administratives (bail, prêt, etc.).

Par ailleurs, la promulgation en mai 2011 de la nouvelle norme Z42-025, dont l'objectif est de définir les cadres techniques et fonctionnels de l'e-bulletin de paie dans l'entreprise, va accélérer l'essor du marché. Cette norme contribue à instaurer un climat de confiance auprès des entreprises et a fortiori des salariés, car elle permet à l'employeur de vérifier que le prestataire choisi fournit un service conforme aux exigences de la loi. Et de rassurer ainsi ses salariés sur la mise en place d'un tel service et la confiance qu'il peut lui accorder.

Pour l'entreprise, les bénéfices sont d'abord d'ordre économique: plus d'impression papier, de mise sous pli, d'affranchissement, de pièce dédiée au stockage de l'ensemble des bulletins de salaire.
Quant au salarié, il reçoit son bulletin de salaire plus rapidement et peut le consulter à son aise. De plus, l'indépendance de la prestation vis-à-vis de son employeur lui assure de pouvoir accéder à son coffre-fort électronique® pendant 50 ans sans crainte de perdre ses bulletins de paie, indispensables pour prétendre aux allocations chômage et aux pensions de retraite. Des critères qui ne peuvent que le rassurer quand il décide de changer d'entreprise.

En outre, la mise en place de l'e-bulletin de paie améliore la productivité et la réactivité des services Ressources Humaines. En effet, si le salarié constate un problème sur sa fiche de paie, il est assuré d'obtenir une réponse plus rapide de la part de son DRH, ce dernier pouvant accéder aux informations et résoudre plus efficacement le litige.

D'ici cinq ans, on estime qu'environ 50 % de l'ensemble des salariés en France auront fait le choix du bulletin de paie sous format électronique.
Sur les 23 millions de salariés en France, plus de 10 millions seront donc concernés, avec certains secteurs d'activités surreprésentés. En effet, les domaines technologiques ou innovants s'adapteront plus facilement à ce processus dématérialisé.

Par ailleurs, la moyenne d'âge des salariés constitue un facteur déterminant de l'adoption du e-bulletin de paie. Cela semble déjà naturel aux jeunes salariés de recevoir leur bulletin de paie en ligne, étant habitués à évoluer dans une culture du «zéro papier».
C'est d'ailleurs l'entrée dans la vie active de cette génération du «tout numérique» qui va booster le marché.


Pour prévenir son essor, plusieurs chantiers sont d'ores et déjà à l'étude. Le plus important concerne l'interopérabilité entre plusieurs coffres-forts électroniques®. En effet, le salarié qui changera plusieurs fois d'entreprise aura parfois 2 ou 3 coffres-forts à gérer - tout comme il peut avoir plusieurs comptes en banque à son actif.
L'ensemble de ses données sera :
* soit rebasculé sur un seul et même coffre-fort, suivant les accords financiers entre les différentes plateformes;
* soit le salarié pourra consulter de manière transparente les documents d'un coffre-fort depuis un autre.
Il s'agit là d'une préoccupation majeure des opérateurs de e-bulletins de paie pour leurs produits de demain et ils mettent tout en œuvre pour que cela soit transparent pour le salarié comme pour l'entreprise.


Autour du même sujet