Que pouvons-nous réellement attendre d’IPv6 ?

Depuis sa naissance il y a près de 20 ans, notre IPV4 n’a été que source de fierté, d’enthousiasme et de découverte, évoluant sans cesse pour trouver peu à peu sa place dans notre monde impitoyable. Avec la maturité, il faut se résoudre à laisser l’oisillon quitter le nid…

Rien que l'année dernière, Internet a fait 15 millions de nouveaux adeptes ! Alors qu'il ne reste plus une seule adresse IPv4 libre sur le marché et qu'Internet compte chaque année des millions de nouveaux utilisateurs, il devient urgent de créer de nouvelles adresses. C'est là qu'intervient IPv6.

Avec le succès phénoménal d'Internet, la demande d'adresses IPv4 a fini par dépasser l'offreIPv6 offre justement un plus large espace d'adressage.

Cette version supporte en effet 2128 (environ 3,4×1038) adresses, soit près de 5×1028 (environ 295) adresses pour les 6,8 milliards (6,8×109) d'habitants que comptait la planète en 2010. Et ce protocole prend en charge des adresses IP plus longues, particulièrement pratiques pour les applications Web, ce qui étend la disponibilité d'adresses IP pratiquement à l'infini.
Dès son implémentation, nous disposerons d'1 milliard de trillions d'adresses de plus qu'avec IPv4. Sans compter que la norme IPv6 continuera d'évoluer pour répondre aux nouveaux besoins de l'industrie.

La transition d'IPv4 vers IPv6 ne sera pas de tout repos

Soyons honnêtes : la transition d'IPv4 vers IPv6 sera loin d'être facile et affectera l'infrastructure informatique dans son ensemble. Ce changement nécessitant la mise à niveau des équipements réseaux et logiciels, il impactera également tous les systèmes.
Il apportera son lot de défis aux départements informatiques, mais leur rendra la vie bien plus simple, à terme.
Les adresses IP ne seront plus assignées à des terminaux mais à des services. Elles seront uniques, rendant les technologies de traduction d'adresses IP (Network Address Translation - NAT) obsolètes, et chaque internaute pourra être identifié et contacté directement via son adresse IP personnelle.
Certains « îlots » IPv4 perdureront certainement encore longtemps, dans la mesure où tous les réseaux professionnels et domestiques privés actuellement sous IPv4 n'ont pas besoin d'être migrés immédiatement vers IPv6. Toutefois, avec l'arrivée des nouveaux terminaux compatibles IPv6, ces réseaux finiront par exploiter les deux protocoles en parallèle, de sorte que la migration vers IPv6 se fera naturellement.
Cette transition progressive n'aboutira probablement qu'au bout de plusieurs années. Il faudra donc un catalyseur pour accélérer le mouvement, comme aux prémices du haut débit, dont l'adoption ne s'est accélérée qu'après que les consommateurs ont pris conscience des avantages au quotidien de l'utilisation des applications haut débit. Dans un futur très proche, des réseaux WAN (Internet) en IPv6 relieront les réseaux IPv4 de nos entreprises et foyers.

La sécurité est le moteur d'une transition réussie


Toute adresse IP unique et permanente affectée à un terminal (comme notre téléphone portable, ordinateur portable personnel ou de bureau, ou encore notre poste fixe) nous expose à des problèmes de confidentialité en permettant la remontée jusqu'au terminal en question. Avec IPv6, il sera possible d'opter pour une adresse IP privée (uniquement accessible depuis le réseau local, et non par des utilisateurs externes) ou publique (accessible de l'extérieur, via Internet, par exemple). La décision se fait dès la sélection de l'adresse IP (dans la gamme des IP privées ou publiques). A l'avenir, chacun saura facilement si une adresse IP est publique ou non : une transparence qui devrait renforcer la sécurité.

Un challenge qui en vaut la peine


IPv6 n'est encore que peu utilisé. Il est pourtant déjà pris en charge par les principaux systèmes d'exploitation et de nombreux services réseau populaires. La plupart des équipementiers réseaux ont également adopté la norme IPv6, tout comme les fabricants de terminaux connectés, qui proposent déjà des produits compatibles IPv6. Pourtant, seule une faible proportion de la population utilise actuellement le protocole IPv6
Je suis pourtant convaincu que ce n'est qu'une question de temps pour que cette norme se démocratise et que le jeu en vaut la chandelle. Si aucune date butoir n'a été fixée, les entreprises ont tout intérêt à s'informer rapidement à propos d'IPv6 pour amorcer leur transition en douceur afin d'éviter les interruptions de service et les formations accélérées de leur personnel. De surcroît, elles prendront rapidement conscience qu'IPv6 ne présente que des avantages ou presque, notamment pour leurs réseaux VPN et opérations NAT.  
L'implémentation d'IPv6 ne sera probablement pas généralisée avant une vingtaine d'années, du fait des modifications matérielles et logicielles des réseaux qu'elle suppose.

Autour du même sujet