C’est la crise ? Eh bien, testez maintenant !

Le test et la qualité logiciel ne sont plus les laissés-pour-compte de la DSI: même (surtout ?) lorsque les temps sont durs, la préoccupation de la performance du SI est forte. La prise de conscience s'opère: il faut améliorer ses processus. Faire plus avec moins, c'est gagner de l'argent.

Comme à chaque fois que la tempête de la récession pointe le bout de son nez, les capitaines des sociétés de services tremblent légitimement sur leurs frêles embarcations. Les grandes organisations repoussent les grands projets d’évolution de leurs Systèmes d’Information. Dès lors les responsables s’interrogent : que faire en attendant ? Comment utiliser au mieux le peu de budgets restant des projets désormais gelés ? Sur quels critères prioriser les investissements, quand le mot d’ordre est la réduction des coûts, le « faire mieux avec moins », le « dépenser moins pour gagner plus » ?
Comme l’indique l’étude du cabinet PAC, les prévisions de croissance pour le « sous-secteur » du test et de la qualité logiciel sont de 4%, soit presque 4 points de plus que pour l’ensemble des services informatiques. C’est un phénomène qui semble se reproduire à chaque année difficile : en 2009, l’écart était de 5 points !

Le test et la qualité logiciel ne sont plus aujourd'hui les laissés-pour-compte du service informatique : même (surtout ?) lorsque les temps sont durs, la préoccupation de la qualité et la performance du système d'information est forte. La prise de conscience s'opère : améliorer ses processus, tester et "mieux tester", c'est faire plus avec moins, c'est gagner de l'argent.

Le réflexe n’est plus aujourd’hui de tailler dans les dépenses qualité dès l’arrivée des premiers nuages, mais bien de se concentrer sur les processus et les outils en place, de les ausculter, d’en vérifier le bon fonctionnement, d’en éprouver l’efficacité. Un dysfonctionnement coûte cher, et en temps de crise, cela peut être fatal ! Tester – et bien tester – les systèmes d’information en place, c’est se donner les chances de traverser la crise, c’est en ce sens un investissement rentable : le ROI devient palpable !

D’autre part, le développement des référentiels de qualité des SI va bien au-delà du phénomène de mode. La convergence de toutes les grandes organisations vers les bonnes pratiques du métier est aujourd’hui un fait incontestable. Externalisation, globalisation et mondialisation des activités liées aux SI accélèrent encore avec le développement des activités de contrôle, de vérification et de validation : respecter les standards de qualité est devenu une question de survie.

Enfin les professionnels de la qualité logiciel et du test sont poussés également à s’améliorer, à innover pendant les périodes difficiles, sur le plan des méthodologies, des outils et des services associés. L’histoire en atteste : les grands progrès du génie logiciel sont issus des grandes crises.

« Vous développiez ? J’en suis fort aise. Eh bien, testez maintenant ! »

Autour du même sujet