Choisir son CMS : retour d’expérience sur Wordpress, Joomla!, eZ Publish et Drupal

Pilier de la majeure partie des sites Web, le choix du Content Management Système (Système de Gestion de Contenu ou CMS dans le reste de l'article) pose toujours un problème aux décisionnaires. Petits conseils nés de l'expérience.

Le choix offert, la popularité de certaines solutions et les « on-dit » ne facilitent pas la prise de décision. J’ai donc souhaité partager avec vous mon retour d’expérience sur quelques-unes d’entre elles, notamment sur les solutions open source PHP les plus utilisées sur le marché afin de fournir quelques éléments de réponse à vous qui êtes confrontés à ce type de décision structurante.

WordPress
Souffrant d'une réputation le considérant souvent, à tort, comme un simple système de blogging WordPress a su prendre un tournant important dans son développement au cours des années 2007/2009, période durant laquelle, en plus de corriger des centaines de bugs, il a su s'adjoindre de vraies fonctionnalités de gestion de contenu. L'offre d'extensions pouvant lui être associées est excellente et la personnalisation du thème et du design est en général
assez aisée. Techniquement le code est assez clair, et la fragmentation des fichiers beaucoup moins contraignante que sur d'autres solutions (Joomla!, par exemple).
WP est idéal pour les sites institutionnels ou événementiels (pour lesquels il excelle notamment par sa rapidité de mise en production) toutefois avec un minimum d'objets à gérer, car la médiathèque n’est pas son point fort. WP possède une belle communauté très active et les mises à jour  sont régulières sans dépasser la fréquence du supportable pour une TMA correcte. Pour finir, si le directeur artistique vous fait défaut, sachez que beaucoup de sites proposent des thèmes prêts à installer et qui ne nécessitent que peu de connaissances graphiques pour être personnalisés. Il ne faut donc pas mettre de suite WP à l’index à l’heure du choix, il répond à beaucoup de besoins et permet de challenger d’autres solutions qui paraîtraient plus évidentes de prime abord.

Joomla!
De loin celui que sur lequel je n’aurais pas misé un copeck il y a quelques temps, il est pourtant devenu une véritable alternative depuis sa version 1.6 (actuellement 2.5 en L.T.S.). Joomla a franchi un véritable cap s'approchant des autres CMS réputés plus professionnels en améliorant sa gestion des droits (et donc du workflow) via la refonte de ses ACL (Access Control Layer). Outre cette avancée, la hiérarchisation des articles a également été revue pour une version plus complète, voir complexe, mais nécessaire pour rivaliser avec d'autres produits.
L'ergonomie de son backoffice, sa vraie force, reste d'une exceptionnelle intuitivité et convient parfaitement à un public néophyte habitué aux outils bureautiques courants. La médiathèque est un des modèles du genre. Son système de plug-ins et de composants en fait l'un des plus faciles à faire monter en fonctionnalité, mais la fragmentation et le nombre de ses fichiers rendent son évolution programmatique assez pénible et réservée à des connaisseurs de la solution. On notera également sa gestion particulière (et anachronique) des contenus à base de menus déroulants en guise de filtres (!).
Joomla peut adresser toutes sortes de sites, il peut être associé à des extensions e-commerce ou encore à caractère communautaire (Joomsocial par exemple).

eZ Publish
Une solution à la logique assez déroutante au départ (très fortement orientée objet) mais qui s’avère la plus puissante finalement, avec un niveau de maîtrise des objets dans les pages assez « bluffant ». Par ailleurs, le socle fonctionnel proposé de base est le plus complet du marché actuellement. La médiathèque vaut également le détour, avec celle de Joomla c’est une référence : hiérarchisation, classement, arborescence, simplicité d'utilisation et une restitution au contributeur super intuitive.
En revanche, comparé à des solutions où l’improvisation peut encore faire illusion, eZ Publish est un CMS de spécialistes et ils sont rares. C'est le risque majeur de cette solution : s'engager sans avoir d’expert. A côté de cela, un éditeur (eZ Systems) porte la solution avec une version « entreprise » un peu sur le modèle de RedHat. On aime ou on n’aime pas, mais cela reste (largement) moins onéreux que les systèmes de licence des solutions propriétaires et présente quelques avantages, comme le support et un accompagnement possible en phase de conception.
La communauté, plutôt de taille moyenne, donne l'impression de ne travailler qu'en vase clos (et en anglais) mais commence à avoir une certaine présence sur les réseaux sociaux (due notamment à l’effort de l’éditeur). Solution à réserver pour des budgets conséquents et à des projets de moyenne et grande ampleur. Il ne faut pas hésiter à s'appuyer sur l'éditeur, la conception et l'architecture n'étant pas évidentes à penser pour quelqu'un d’étranger à ce CMS.
La diffusion d'eZ Publish repose principalement sur un réseau d'entreprises partenaires, ce qui le rend par conséquent élitiste et en cela dommageable pour les bloggeurs et TPE qui pourraient profiter de sa puissance et de sa robustesse si une politique plus ouverte sur la communauté était menée. Par contre, l’avantage est que la roadmap est très proche des demandes clients.

Drupal
La montée en puissance de Drupal sur le marché ces deux dernières années est tout simplement impressionnante. Voilà la solution la plus souple du marché, Drupal peut répondre à pléthore de problématiques, mais son principal problème réside dans la pauvreté fonctionnelle qu'elle offre dans une installation de base. Pour comparaison, il ne faut pas moins d'une quinzaine d'extensions pour avoir le niveau de fonctionnalités natif d'eZ Publish. Certains plaideront pour la souplesse du principe (pourquoi rendre un service qui n'est pas demandé). Ce qui serait effectivement un bon positionnement si les fondamentaux indispensables à un CMS étaient intégrés au core du produit. Malheureusement ce n'est pas le cas et de nombreuses extensions sont vite nécessaires. C’est un défaut majeur, principalement lors des montées de version, qui posera le problème de la rétro comptabilité de tous les modules. C'est une question de choix, on peut assumer cette maintenance mais cela demande du temps.
A contrario
du précédent CMS, Drupal est issu de la communauté open source. Bénéficiant de cette communauté très active et étant d'une facilité de prise en main sans commune mesure par rapport à eZ (ajoutez à cela sa modularité), il est capable d'adresser tout type de projet.
Par ailleurs, Drupal se trouve dans une situation un peu délicate dans ses versions puisque situé entre une V7 qui n’a pas convaincu tout le monde et une V8 (passage très attendu sur le framework Symfony2) qui va tout bouleverser, et cela, sans réelle garantie d’un support des développements effectués sur les précédentes versions.

Conclusion
Pas question de classement ici parce que finalement, et comme il est de bon ton de dire : le meilleur outil est celui dont on sait se servir.
D’autres paramètres entrent en compte dans le choix comme la charge estimée, la maintenance, les coûts de développement et de montée en compétence, le planning, les disponibilités des ressources sur le marché (dans le cas où elles ne sont pas internalisées).
Les références professionnelles plaident en faveur de Drupal ou eZ Publish mais ces derniers sont dans une période de mutation (Drupal de V7 à 8 et eZ de V4.x à 5) assez profonde qui me pousse à penser qu’il est urgent d’attendre. 
En effet, aucune garantie sur la rétro compatibilité des nouvelles versions n’est fournie par les deux solutions (même si du côté eZ Systems on y pense et des développements sont en cours).

Ne pas écarter ces deux CMS pour autant, mais ne surtout pas oublier les autres !

Autour du même sujet