Les DSI peuvent-ils se permettre de suivre après coup les tendances portées par les employés ?

La mobilité est aujourd'hui un enjeu majeur pour les entreprises. le "Bring Your Own Device" est aujourd'hui bien plus qu'une tendance, c'est un fait.

La meilleure chose à faire pour une entreprise est de mettre rapidement en place un environnement capable d'assurer le développement du BYOD de façon sécurisée et avec le moins de contraintes possibles. L'entreprise qui s'y refusera risque sa propre mort.
L'entreprise « immobile » appartient au passé. Aujourd’hui, les services informatiques ne doivent plus seulement s’occuper des postes de travail fournis par l’entreprise, mais doivent jongler avec des ordinateurs de bureau et portables, des terminaux mobiles – Smartphones et tablettes – Android et Mac,  lesquels utilisent des applications et des systèmes d'exploitation différents, et présentent des risques de sécurité spécifiques. Cette entreprise où chacun utilise ses propres outils selon le concept « Bring Your Own » n'est plus à proprement parler un phénomène nouveau.

Gérer des appareils mobiles, le casse-tête des DSI

Selon Gartner, en 2013 les Smartphones vont supplanter le PC comme principal moyen d’accès à Internet, et seulement 20 % des appareils vendus en 2015 seront des téléphones Windows. Car si Windows domine l’informatique « de bureau », aucune marque ne s’est encore imposée comme l’indiscutable leader de l'entreprise mobile. Compte tenu de l’absence d'innovation dont pâtit Blackberry (malgré le Blackberry 10), de l’incapacité d’Android à répondre aux problématiques de conformité, et du succès remporté par l'iPhone auprès du grand public, les experts ont bien du mal à prédire qui règnera demain sur le monde de l'entreprise. Ces derniers s’interrogent quant à la manière de sécuriser tous ces terminaux mobiles, en se demandant lequel leur donnera les pires maux de tête !

Pour les services informatiques, le plus important reste de prendre déployer des procédures souples pour éviter de modifier les règles en vigueur dès qu'un nouveau périphérique fait son apparition sur le marché.

Les « applis » d'entreprise, nouveau système d'exploitation

Les applications sont à présent plus importantes aux yeux des employés que le simple choix d’un système d’exploitation - Mac ou PC : le phénomène Bring Your Own App est incontestablement en train de se développer. Les DSI doivent donner aux employés les applications dont ils ont besoin pour être productifs, indépendamment du type ou du nombre de systèmes d'exploitation ou de terminaux qu’ils utilisent pour y accéder.
D’après Gartner, en 2014 « 
la plupart des entreprises fourniront des applications mobiles aux employés par le biais de ‘ magasins d'applications’ privés ». Les services informatiques devront alors relever de nombreux défis d’ordre technique, liés à la gestion des licences ou à la sécurité, tout en permettant aux employés de travailler en toute transparence.

L’informatique poursuit sa conquête du grand public

La consumérisation de l'informatique demeure une menace pour les entreprises qui n’y sont pas préparées. Les utilisateurs sont de plus en plus au fait des avancées technologiques et font preuve de préférences sophistiquées et bien arrêtées à ce sujet. On note une véritable mutation de la relation entre les services informatiques et les collaborateurs qu'ils servent.

Tenter de donner aux utilisateurs la liberté de choix tout en englobant les actifs d’entreprise pour protéger les données sensibles, une propriété intellectuelle compétitive et les contacts avec les clients, représente une équation complexe mais qui peut être résolue par une approche progressive.
Les DSI doivent déployer des règles et des solutions appropriées qui pourront être appliquées à la totalité des plates-formes, applications et périphériques. Ils doivent jongler avec un éventail de paramètres nettement plus vaste qu'il y a seulement deux ans. Les services informatiques doivent agir sans attendre pour s’assurer que les données de leur entreprise sont et seront bien protégées.
Aujourd’hui, il ne s’agit plus de se demander
si les entreprises doivent mettre en œuvre des règles de mobilité, mais quand et comment, pour accompagner les évolutions que ce nouveau modèle entraîne. Les directions informatiques ne peuvent plus se permettre de suivre après coup les tendances portées par les employés, mais doivent créer en amont un environnement dans lequel ces dernières pourront se développer de manière fluide et en toute sécurité, sans contraindre les employés ni faire prendre des risques à leur entreprise.

Autour du même sujet