Les connexions câblées ne sont pas vouées à disparaitre

Les directeurs informatique devront très prochainement relever deux enjeux de taille : répondre aux attentes changeantes des utilisateurs finaux, dont l’évolution est portée par le cloud et la mobilité, et satisfaire aux demandes en faveur d'une connectivité haut débit, partout et à tout moment.

Gartner annonce le chiffre de 6,4 milliards d'appareils connectés en 2016, soit une hausse de 30% par rapport à 2015. Pour faire face à l'afflux de données dû à l'avènement de la numérisation, les réseaux des entreprises tendent à se complexifier. Les directeurs informatique doivent donc dès cette année accorder une attention toute particulière aux infrastructures de réseau, en veillant à ce qu'elles soient suffisamment résistantes pour suivre le rythme des évolutions technologiques.

Les directeurs informatique devront très prochainement relever deux enjeux de taille : répondre aux attentes changeantes des utilisateurs finaux, dont l’évolution est portée par le cloud et la mobilité, et satisfaire aux demandes en faveur d'une connectivité haut débit, partout et à tout moment. Les enjeux vont bien au-delà de la seule capacité des entreprises à fonctionner correctement, à l’image de ce que nous avons pu observer en août 2014 au cours du « jour des 512K », où des pannes de réseau majeures ont engendré des problèmes de connectivité d'envergure mondiale.

Pour les fournisseurs de réseau et les entreprises, l'idée serait de travailler main dans la main en vue de rendre les réseaux suffisamment robustes et intelligents pour gérer efficacement les besoins d'aujourd'hui et de demain.

À mesure qu'ils deviennent des écosystèmes de plus en plus complexes, les réseaux génèrent de nouveaux défis en matière de sécurité. Les déploiements de réseaux sans fil sont appelés à se poursuivre, afin de compléter l'infrastructure de réseau existante. Les technologies telles que la 5G peuvent constituer des alternatives avantageuses afin d'assurer la connectivité du dernier kilomètre et d'améliorer la qualité du service pour les utilisateurs d'appareils mobiles. En revanche, l'année 2016 sera uniquement témoin du lancement de la phase d'essai de la future norme 5G, et il est peu probable que nous assistions à de réels déploiements commerciaux de la 5G avant deux à trois ans. D'ici cinq ans, la 5G pourrait représenter une alternative durable aux réseaux d'entreprises existants, du moins pour les charges de travail les moins lourdes.

Toutefois, les connexions filaires et l'infrastructure physique ne sont pas vouées à disparaître et ce pour deux raisons. La première tient au débit : dans un futur proche, les réseaux à fibre optique câblée permettront de prendre en charge des charges de travail supérieures par rapport aux réseaux sans fil. La deuxième raison a trait à la sécurité. Les réseaux sans fil favorisent le déploiement des appareils connectés vers l'Internet des Objets. De par leur nature même, ces terminaux sont souvent difficiles à sécuriser. Face à l'intégration, au cours des deux prochaines années, d'un ensemble vaste et hétérogène d'appareils connectés (dont certains contiennent des données personnelles sensibles) au sein de ce complexe écosystème de réseaux, les cadres dirigeants seront appelés à inscrire la sécurité des réseaux en tête de leurs priorités. 

Pour les entreprises, les connexions filaires physiques demeurent les solutions les plus simples pour le contrôle et la surveillance du trafic entrant ou sortant des réseaux. Après tout, la technologie sans fil permet un partage de la connexion. Quiconque se trouvant à portée des signaux peut s'en servir et potentiellement créer une interférence. À l'inverse, les connexions filaires impliquent l'intervention d'une personne sur le câble physique pour en perturber le fonctionnement. Ainsi, les réseaux sans fil tels que la 5G auront très certainement un impact positif à long terme sur le monde de l'entreprise. Toutefois, les réseaux fixes resteront nécessaires pour des raisons à la fois de débit et de sécurité.

Autour du même sujet